LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

"Galilée critique d’art" d’Erwin Panofsky

2 min
À retrouver dans l'émission

Du rapport de la science à l'art.

Dans sa pièce Richard II, Shakespeare confie le soin de rassurer la reine au personnage de Bushy, le gentilhomme du roi : mais, à la différence de ce qu'on a entendu, celui-ci ne se contente pas, dans le texte, d'évoquer les ombres du chagrin qui projette sur un événement ordinaire tout un ensemble de peurs et de fantasmes. Bushy, pour soutenir son propos, va jusqu'à comparer le chagrin et ses spectres avec les jeux sur les perspectives dans l'art : l'un comme les autres, dit-il, n'offrent une forme distincte que de biais, mais de face, ils ne sont que confusion.

Entre le chagrin et la perspective artistique, les mêmes trucages donc, les mêmes chimères. Soit tout ce que peut détester un scientifique... Un scientifique comme Galilée en tout cas, comme le révèle l'historien de l'art Erwin Panfosky dans un essai écrit en 1954, essai devenu introuvable mais que Les Impressions nouvelles viennent de rééditer.

Du rapport de la science à l'art, tel est bien l'enjeu de ce texte, mais on aurait tort d'y voir une seule opposition en partant de la figure de Galilée. Car Galilée, loin justement de n'être qu'un scientifique, était avant tout un passionné d'art, rompu au classicisme, et défendant contre le maniérisme, l'ordre de la Renaissance... une défense telle que Panofsky avance alors cette thèse : et si son rejet des chimères, du mysticisme et des allégories dans l'art, l'avait fait passer à côté de ce qu'est physiquement le mouvement, non pas inerte et régulier, mais continue et déformé ? Et si les théories scientifiques de Galilée, et ses limites, tenaient-elles en fait plus à l'art qu'à la science elle-même ? Le philosophe Alexandre Koyré, dans un commentaire de cet essai de Panofsky publié à sa suite, relève lui aussi la concordance entre l'esthétique et le scientifique. De quoi souligner que l'attitude esthétique, qui dépasse largement le cadre de l'art, nourrit et forme toujours la pensée la plus stricte.

Traduit de l’anglais et préfacé par Nathalie Heinich

Bibliographie

.

Galilée, critique d'artErwin PanofskyLes Impressions nouvelles, 2016

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......