LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La honte ; réflexions sur la littérature Jean-Pierre Martin

"La honte ; réflexions sur la littérature" de Jean-Pierre Martin

2 min
À retrouver dans l'émission

La honte : émotion particulièrement inavouable, à la fois historique et singulière, intime et collective, plus que toute autre, peut-être, extensive, expansive, contagieuse et susceptible de traverser tous les individus sans distinction.

La honte ; réflexions sur la littérature Jean-Pierre Martin
La honte ; réflexions sur la littérature Jean-Pierre Martin Crédits : Edition Gallimard

Une lettre écarlate, le « A » d'« adultère », à porter sur sa poitrine comme on exhibe un crime honteux, voilà à quoi est condamnée Hester Prynn, l'héroïne du roman de Nathaniel Hawthorne... mais la honte n'est pas ici que l'adultère jugée comme une faute, ou le scandale d'une peine jugée trop douce, la honte est aussi ce curieux sentiment qui jaillit au cœur de l'héroïne, dans sa poitrine même, là où sera précisément exposée cette lettre écarlate, pour s’exposer ensuite à la vue de tous,.

Oui, la honte est un bien curieux sentiment parce qu'elle envahit celui qui la ressent au plus profond de lui-même jusqu'à apparaître sur son corps (ce sont des joues qui rougissent, des gouttes de sueur, une pâleur ou un tremblement), et à chacun d'en être emparé à sa manière. Mais aussi parce qu'elle ne naît que de son rapport avec l'autre : on ne sent honteux que par le regard de quelqu'un, que par la faute rendue visible, jugée par une société, et là, à chaque société d'établir ses critères et normes pour statuer.

La honte ou ce sentiment tiraillé, donc, à la fois individuel et social, physique et spirituel, secret et manifeste... Dans ses Réflexions sur la littérature, Jean-Pierre Martin le déplie bien à travers une foule de textes incontournables : Hawthorne donc, mais aussi Dostoïevski, Kafka, Genet... qui tous mettent le doigt sur ces tensions. Et qui, tous, surtout, posent LA question : comment la honte peut-elle à la fois nous enfermer sur nous-mêmes tout en nous exhibant aux autres ?

Il faudrait aussi citer Ernaux, Duras, Camus..., la liste est longue, au point que l'on en vient à se demander si la honte ne serait pas en fait le ressort même de la littérature, ce qui prend corps dans un seul individu pour être exposé à tous, le ressort ou peut-être la solution même : puisque l'écriture, pour le coup, s'exhibe volontairement et a de quoi mettre un point final à la honte d'être ce que l'on est.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......