LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

"Les écrivains engagent le débat" anthologie présentée par Brigitte Krulic

2 min
À retrouver dans l'émission

C’est un petit livre mais qui rassemble 12 grands discours d’hommes de lettres à l’Assemblée nationale, du XVIIIème au XXème siècle, de Mirabeau à Malraux, 12 textes d’écrivains qui s’engagent et engagent le débat.

C’est, par exemple, Mirabeau qui prend la défense du drapeau tricolore le 21 octobre 1790 ; Chateaubriand pour qui l’intervention française en Espagne en 1823, alors en plein soulèvement militaire, est légitime et nécessaire; ou, c’est encore Maurice Barrès, en 1911, qui plaide pour la protection des églises en France.

Mais quel est le critère de tous ces textes pour être des textes marquants, si ce n’est qu’ils sont proposés par des écrivains et qu’ils mettent en jeu la question des valeurs françaises ? Suffit-il, plus précisément, d’être écrivain et qu’un discours porte sur un enjeu politique pour devenir un discours fort ? Comment l’écrivain met-il en forme un discours qui se veut contextuel, réactif et actif ? Et inversement, ces questions pourraient se poser pour un homme politique : comment produire un beau discours, et pas seulement un discours engagé ? Autrement dit, au fil de ces pages, voici ce qu’on se demande : qu’est-ce qui fait qu’un discours va toucher juste, va être entendu et va même entraîner l’adhésion et l’action ? Et va rester dans les mémoires ?

Cela peut certes tenir à la manière de le dire, à la gestuelle, aux interpellations (ce qui nous échappe ici), mais alors aux procédés rhétoriques : comme par exemple, les anaphores de Mirabeau, bien avant celle de François Hollande, les emphases de Victor Hugo, ou la gradation, comme celle crescendo d’André Malraux, en 1966, alors Ministre des affaires culturelles, qui défend les subventions données à la pièce de Jean Genet, Les paravents, en en faisant non pas une pièce « anti-française, mais une pièce anti-humaine, et même anti-tout »…

Mais cela peut aussi tenir à la résonance des sujets traités, à l’actualité des problèmes soulevés : le problème de la liberté de la presse, soulevé par Benjamin Constant, dès 1822, ou encore, celui de l’attention du gouvernement à la colère populaire, auquel seul Tocqueville pouvait si bien et déjà nous sensibiliser.

Bibliographie

Intervenants
  • professeur des Universités à Paris Ouest Nanterre La Défense
L'équipe
Production
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......