LE DIRECT
Paul Ricoeur en 1990

"Philosophie, éthique et politique. Entretiens et dialogues" de Paul Ricoeur

2 min
À retrouver dans l'émission

C’est un recueil qui tombe à point nommé, puisqu’il s’agit tout au long de ces échanges de découvrir les multiples relations qui lient la philosophie à l’éthique et à la politique, et on attend donc, on espère même, en les lisant, de prendre un peu de distance par rapport aux événements d’hier.

Paul Ricoeur en 1990
Paul Ricoeur en 1990 Crédits : ULF ANDERSEN / Aurimages - AFP

C’est un recueil d’entretiens et de dialogues de, ou avec plutôt, Paul Ricœur, recueil qui vient de paraître aux éditions du Seuil. C’est d’ailleurs ce qu’attendent aussi la plupart de ceux qui questionnent ici Paul Ricœur : « le philosophe doit-il intervenir dans le débat public ? », « à quel titre ? Dans quel but ? Avec quels moyens ? », ou encore « la philosophie peut-elle éclairer l’action pratique et politique ? », et comment…

Voici donc le genre de questions posées à l’auteur de Temps et récit, Soi-même comme un autre ou Mémoire, histoire, oubli, comme si la politique peinait à trouver par elle-même de quoi se définir, de quoi se donner un sens, comme si, aussi, la philosophie devait tenir une position de surplomb et enfin tout éclairer. Mais pourquoi attendre cela du philosophe ? La question est d’actualité : attend-t-on de lui, ou de la philosophie en général, des réponses ou des éclairages, des suggestions ou des voies claires à suivre ?

Ce qui est alors intéressant, dans ces entretiens et dialogues réalisés entre 1981 et 2003, moment où, comme le rappelle Michaël Foessel dans sa préface, Paul Ricœur fait un retour sur la scène intellectuelle française, c’est justement de voir comment celui-ci répond, en reposant d’autres questions, ou en soulignant des points, des nœuds : quand, par exemple, il explique son intérêt pour le discours politique, à mi-chemin entre le discours démonstratif et universel des sciences et le discours sophistique et singulier qui doit capter un auditeur, ou celui pour le sujet qui parle et donc qui agit ; quand il tente d’articuler tranquillité de l’ordre et importance du conflit politique ; quand, il donne enfin, sa définition du bonheur. Mais le mieux reste encore quand il interroge lui-même Michel Rocard en 1991 : pour savoir de lui, homme politique, comment dégager les valeurs de notre époque, celles qui nous guident et donnent une direction à la démocratie.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......