LE DIRECT
Portrait de Pierre Bayle

"Pierre Bayle. Les paradoxes politiques" d'Olivier Abel

3 min
À retrouver dans l'émission

Je suis ravie de parler aujourd'hui d'un ouvrage paru dans l'excellente collection Le bien commun aux éditions Michalon, et de parler, donc aujourd'hui, de cet ouvrage d'Olivier Abel, consacré à Pierre Bayle.

Portrait de Pierre Bayle
Portrait de Pierre Bayle Crédits : Louis Ferdinand Elle the Younger

Pierre Bayle, que l'on peut tout aussi bien prononcer, comme le précise Olivier Abel : soit à la parisienne, Pierre « bèle », soit façon Languedoc, Pierre « Baïle »... était un philosophe à qui l'on doit notamment une revue, Les Nouvelles de la République des Lettres, un fascinant Dictionnaire historique et critique réédité une dizaine de fois, ou encore un Commentaire philosophique sur la tolérance et un Avis aux réfugiés.

Né en 1647, mort en 1706, son tort est, je cite, « de venir après les uns et avant les autres », entendez après Descartes, Machiavel et Hobbes, et avant les philosophes des Lumières, ce qui explique qu'il soit peut-être aujourd'hui peu connu et étudié... ou pour ceux qui le connaissaient déjà, qu'il soit si peu identifiable. Car, de fait, comme le rappelle Olivier Abel, sa pensée forme une énigme, et elle a suscité de nombreux conflits d'interprétations : libertin athée pour certains, protestant exilé à Rotterdam, ou encore, sceptique pour d'autres... il a lui-même écrit sous différents noms et masques, et tout autant plaidé pour la tolérance que fustigé les séditions religieuses.

Alors qui était donc Pierre Bayle ? Question d'autant plus passionnante pour un auteur dont le propos sur le rapport entre théologie et politique est tout à fait actuel, et d'autant plus passionnante, surtout, pour un auteur attaché à la sincérité. Comment tenir ensemble tous ces paradoxes ? Comment les tenir en une seule personne, et même en soi ?

Eh bien, c'est ici, en fait, que se tient tout l'enjeu de sa pensée : dans ces différences, et ces différends, dans le fait même de prôner une manière de vivre dans ces paradoxes. Son rapport aux textes bibliques en témoigne, son rapport aux pressions religieuses aussi : quand la controverse sévit, rien ne sert de trouver une seule manière de lire, ou de vouloir s'en extraire, il faut contraire porter et dire la pluralité et le conflit.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......