LE DIRECT
Arnold Schoenberg en 1948

"Politique de l'autonomie musicale: essais philosophiques" de Lydia Goehr

2 min
À retrouver dans l'émission

Schoenberg, Le Quatrième Quatuor

Arnold Schoenberg en 1948
Arnold Schoenberg en 1948 Crédits : Florence Homolka

« On s’attend peut-être, maintenant que je suis dans un nouveau monde, à ce que je considère les commodités qu’il m’offre comme un large dédommagement pour la perte que j’ai subie, et que j’avais prévue depuis plus de dix ans. En effet, j’ai quitté l’ancien monde non sans éprouver ce sentiment d’arrachement jusque dans mes os, car je n’étais pas préparé au fait de me retrouver non seulement privé d’un « chez-soi », mais aussi privé de voix, privé de langue ».

C’est à Schoenberg que l’on doit ces lignes, contraint alors à fuir l’Allemagne nazie et à s’exiler aux Etats-Unis. Et c’est aussi à Schoenberg que l’on doit cette musique, son Quatrième Quatuor, qu’il a alors composé durant cet exil. Mais comment comprendre alors ce qu’il a perdu : quelle est la langue qu’il a perdue ? Ne parle-t-il pas seulement de sa langue maternelle, mais aussi de sa langue musicale ?

Dans son dernier essai, Lydia Goehr évoque ce problème politique de l’exil pour les musiciens : et avec Schoenberg, elle se demande ainsi : jusqu’où la musique peut-elle s’abstraire de tout lieu, être libre de tout attachement ? Doit-elle justement s’en abstraire ou s’enracine-t-elle forcément dans une culture ou une nation ? Schoenberg avait lui-même tranché : et il demandait ainsi, je cite : « quel accord pourrait être le symptôme d’une confession marxiste dans une pièce de musique ? », ou encore « quelle couleur celui du fascisme dans un tableau »… Si Schoenberg avait tranché pour sa part, s’il avait renoncé à toute influence de l’art sur les événements, continuant à créer coûte que coûte, il a pourtant mis le doigt sur une autre portée politique de la musique : celle qui consiste, non pas à faire de la musique un art politique, mais d’abord à voir comment elle est elle-même touchée, parce qu’elle est dans le monde, concrètement et jusque dans ses formes, par l’histoire.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......