LE DIRECT
Photo d'identité de Paul Celan

"Pourquoi ce poète, le Celan des philosophes" de Denis Thouard

2 min
À retrouver dans l'émission

L'intérêt des philosophes pour la langue de Paul Celan, ou comment la philosophie a recours à la poésie.

Photo d'identité de Paul Celan
Photo d'identité de Paul Celan

Ce poème que l’on vient d’entendre : c’est Fugue de mort, d’abord lu par son propre auteur : Paul Celan, et interprété ensuite par le comédien Nicolas Bouchaud. C’est le poème le plus connu de Paul Celan, celui où apparaît de manière frappante le choix de la langue allemande, complice de l’extermination, pour un poète juif. Ce choix d’écrire en allemand et contre l’allemand dans le même temps, a fasciné plus d’un philosophe : Derrida, Gadamer, Rancière… et qui remonte même à une rencontre entre Heidegger et Celan le 25 juillet 1967.

Cependant, dans un recueil de textes qui paraît aujourd’hui même, Denis Thouard renouvelle la question : pourquoi ce poète ? Ou plus précisément : que dit cet engouement des philosophes pour la langue de Celan des rapports entre la philosophie et la poésie ? Car là est bien le véritable enjeu : se demander comment la philosophie a recours à la poésie.

Le problème, c’est justement de parler de LA poésie là où il n’y a que des poètes et des poèmes. Le problème, dit d’emblée Denis Thouard, c’est d’absolutiser le langage poétique soit comme langage essentiel qui se serait dégradé en communication, soit comme lieu premier et indépassable d’appartenance culturel. En fait, la tentation poétique, c’est d’en faire l’issue de toutes les apories, les 3èmes parties de toutes les dissertations, de faire donc parler sa langue autrement. On retrouve là la critique classique adressée à la philosophie face aux arts, celle de les surplomber et d’en tirer des leçons.

Revenir aux poèmes, aux formes du poème, aux mots choisis pour que s’en dégage une interprétation philosophique, là serait la solution… A condition aussi de ne plus dire LA philosophie comme on ne dira plus LA poésie.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......