LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
D. Trump à la Maison Blanche, 8 mars 2017.

Faut-il laisser passer le protectionnisme de Donald Trump ?

45 min
À retrouver dans l'émission

Avec la mise en place de droits de douane sur l'acier et l'aluminium, malgré les risques de guerre commerciale, Donald Trump remet le protectionnisme à l'ordre du jour du commerce international.

D. Trump à la Maison Blanche, 8 mars 2017.
D. Trump à la Maison Blanche, 8 mars 2017. Crédits : MANDEL NGAN - AFP

Il faut les imaginer, les commissaires européens organisant réunion sur réunion pour dresser une liste de produits américains à taxer, en réplique à Donald Trump et son protectionnisme d’acier. Il faut les imaginer parler le plus sérieusement du monde de beurre de cacahuètes, de jus d’orange ou de pantalons de coton pour hommes…

Nous aussi, nous pouvons être stupides, s’est justifié sans rire Jean-Claude Juncker… 

Qu’à cela ne tienne, nous taxerons vos Mercedes et vos BMW, rétorque le président américain…

Entre les Etats-Unis et l’Union européenne, c’est à celui qui aura la plus grosse barrière douanière.

On a mis le protectionnisme de Trump sur le compte de ses troubles mentaux. Son conseiller économique s’en est à ce point ému qu’il a démissionné. Pourtant, son entourage décrivait dès le début de son mandat la « vision du monde » du président américain, non comme une « communauté globale, mais comme une arène où les nations, les organisations non gouvernementales et les entreprises luttent pour défendre leurs propres intérêts »

La guéguerre commerciale a le mérite de remettre cette question sur la table : des politiques libérales ou protectionnistes, lesquelles sont les plus favorables à l’emploi et à la paix sociale ?

Intervenants
  • Économiste, chercheur au Centre d’Economie de la Sorbonne (Université Paris 1), membre des Economistes atterrés
  • Economiste spécialiste du commerce international, chercheuse au CEPII
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......