LE DIRECT
David Cameron, au Conseil européen de Bruxelles, le 18 février 2016

Le Brexit réveille les clivages européens, et après ?

44 min
À retrouver dans l'émission

Comment retenir le Royaume-uni sans céder à des exigences qui accentueraient les inégalités au sein de l’union et créer un mauvais précédent ?

David Cameron, au Conseil européen de Bruxelles, le 18 février 2016
David Cameron, au Conseil européen de Bruxelles, le 18 février 2016 Crédits : Yves Herman - Reuters

L’avenir de la Grande-Bretagne dans l’Union européenne s’est-il joué en partie ce vendredi à Bruxelles ? Au lendemain du Conseil européen, un sondage montrait les partisans du Brexit en nette perte vitesse. C’est bien ce qui a motivé les Européens à distribuer les gages d’attachement à la Grande-Bretagne : gouvernance économique, rôle politique, frein à l’immigration… "Deal done !", a tweeté Donald Tusk, vendredi soir. L’accord entre les 28 sur les conditions du maintien du Royaume-Uni dans l’Union renforcera assurément le camp du « in » au référendum du 23 juin prochain, promis par David Cameron.

Pour autant, personne n’est dupe. Retenir Londres avait, a, et aura un prix : en cédant aux exigences britanniques, les responsables européens ont pris le risque de créer un précédent. Brexit, à qui profit le "deal"?

Conclusions du Conseil européen des 18 et 19 février 2016, texte intégral en français

Intervenants
  • économiste à l’OFCE, spécialiste du Royaume-Uni
  • Essayiste, collabore à Marianne
  • directeur de Recherche émérite au CNRS, directeur d'études et responsable du programme d'études interdisciplinaires européennes au Collège d'Europe (campus de Natolin, Pologne)
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......