LE DIRECT
Nos données de santé peuvent-elles sauver des vies ?

Santé : nos données personnelles peuvent-elles sauver des vies ?

45 min
À retrouver dans l'émission

Le Comité consultatif national d’éthique a rendu public cette semaine son rapport des États généraux de la bioéthique 2018, qui soulève de multiples problématiques, dont les enjeux liés au Big Data dans la santé. En quoi l'utilisation des données de santé peut-elle faire évoluer la médecine ?

Nos données de santé peuvent-elles sauver des vies ?
Nos données de santé peuvent-elles sauver des vies ? Crédits : Busakorn Pongparnit - Getty

C’est un étudiant chinois dont la presse a parlé, récemment, à l’occasion de son succès à l’examen de médecine.

Xiao Li est plus qu’un étudiant sérieux, c’est un bourreau de travail. Pour préparer l’épreuve écrite, il a lu, en un an : 53 000 ouvrages, deux millions de dossiers, plus de 400 000 documents et rapports médicaux, et visionné un petit million d’images… Son obstination s’est avérée payante puisqu’il a obtenu 456 points sur 600. Bon, ce n’est pas non plus sensationnel, mais c’est quand même mieux que la moyenne des étudiants.

Xiao Li, « petit docteur » en chinois, est un robot… Un humanoïde dressé à ingurgiter pour les analyser, toutes les données disponibles en matière de santé ; un cousin de Deep Blue en quelque sorte, moins doué que lui mais qui préfère sauver des vies plutôt que de passer la sienne à jouer aux échecs.

Impressionnant, mais pas tout-à-fait mature : un bon résumé des évolutions de l’intelligence artificielle dans le domaine de la médecine. En France, le Comité consultatif d’éthique en a fait état dans son rapport publié cette semaine : la collecte et l’exploitation des données de santé doivent apporter des « bénéfices remarquables » pour la prise en charge des patients, et pour la recherche médicale… (sous réserve que les patients puissent maîtriser les données qui les concernent) Pourquoi ? Parce que ces données viendront alimenter de savants calculs, des algorithmes et des machines sachant travailler sans relâche et produire un diagnostic « plus rapide et plus précis » selon les mots du Comité national d’éthique.

Les médecins se préparent à l’idée…

Intervenants
  • Vice-président du Conseil National de l’Ordre des médecins, délégué général au numérique
  • experte en e-santé et fondatrice de Docteur 2.0
  • Responsable de la plateforme data science de l’institut des maladies génétiques Imagine, et docteur en informatique médicale.
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......