LE DIRECT

Sommes-nous obligés d'être heureux ?

44 min
À retrouver dans l'émission

Avec:
<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2014/04/331d5630-c18d-11e3-8bf7-782bcb73ed47/838_christophe-andre-photo.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="Christophe André" class="dejavu portrait" data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2014/04/331d5630-c18d-11e3-8bf7-782bcb73ed47/838_christophe-andre-photo.jpg" width="548" height="734"/>
Christophe André Crédits : claire mayot

                                                                                                            <em itemprop="copyrightHolder">Radio France</em></span></figcaption></figure> 
  • Christophe André, psychiatre, spécialiste des troubles anxieux et dépressifs, chargé d’enseignement à Paris X. Il est l’auteur de Et n’oublie pas d’être heureux, en 2014 et Sérénité : 25 histoires d’équilibre intérieur , en 2012 chez Odile Jacob

  • La chronique d'Aline Perraudin , Directrice de Santé Magazine.

Chronique autour du diagnostic précoce: faut-il mieux savoir ou non? :

Selon un sondage TNS Sofres, s'il existait un test fiable de dépistage avant même l'apparition des premiers symptômes de la maladie d'Alzheimer, 90 % des personnes interrogées déclarent qu'elles le feraient. Or, dans une étude parue dans la revue scientifique de référence Nature médecine, des chercheurs ont montré qu'un test sanguin permettrait de prédire l’apparition de la maladie, avec une précision atteignant les 90%. Basé sur l’identification de dix lipides (graisses) dans le sang, le test pourrait faire l’objet d’essais cliniques dans deux ans. Une autre, parue dans la revue PLOS (http://www.plosmedicine.org/article/info:doi/10.1371/journal.pmed.1001606) montre que par une simple prise de sang, on peut détecter la présence de biomarqueurs (molécules) de mauvaise augure, prédisant une mort à court terme…) Ces études autour du diagnostic précoce soulèvent des questions éthiques : faut-il mieux savoir que l'on va être malade (quand il n'y a pas de traitement) ? Est ce que cela rend plus heureux d'interroger le destin ? Est-ce que savoir donne plus de contrôle sur sa vie, et de libertés dans ses choix ?


Le reportage de Sophie Bober aux côtés de Levy Blancard , comédienne et responsable d'un cours de théâtre à "l'usage des timides et autres introvertis heureux", à Paris.

Du côté de chez soi est en partenariat tous les deuxièmes dimanche du mois avec SANTE MAGAZINE

Intervenants
  • médecin psychiatre à l'hôpital Sainte-Anne, spécialisé dans le traitement et la prévention des troubles émotionnels (anxieux et dépressifs).
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......