LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le Premier ministre Édouard Philippe et le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner le 30 juillet 2019, lors d’une déclaration au sujet de la disparition de Steve Maia Caniço suite à une intervention policière à Nantes.

Qui contrôle encore la police ?

43 min
À retrouver dans l'émission

La mort de Steve Maia Caniço, jeune Nantais de 24 ans, le 22 juin dernier lors de la Fête de la musique a suscité de vives interrogations sur la responsabilité des forces de police. Une polémique accentuée par une enquête de l'IGPN qui justifie l'usage de la force lors de leur intervention.

Le Premier ministre Édouard Philippe et le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner le 30 juillet 2019, lors d’une déclaration au sujet de la disparition de Steve Maia Caniço suite à une intervention policière à Nantes.
Le Premier ministre Édouard Philippe et le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner le 30 juillet 2019, lors d’une déclaration au sujet de la disparition de Steve Maia Caniço suite à une intervention policière à Nantes. Crédits : Lionel Bonaventure - AFP

« La disparition de quelqu’un à l’occasion d’une intervention policière constitue un devoir de réaction. Toutefois, ça ne veut pas dire que l’on doit faire toute la lumière. Cela veut dire qu’on doit faire ce qu’on peut, avec les moyens dont on dispose, dans le cadre d’une enquête administrative ».

Ainsi réagissait la directrice de l’IGPN dans un long entretien à Libération dimanche dernier. Brigitte Jullien répondait aux critiques formulées à l’encontre de l’Inspection générale de la police nationale, et de son tout récent rapport qui dédouane les policiers de la chute dans la Loire de Steve Caniço, la nuit de la fête de la musique, à Nantes.

La police des polices aurait donc un périmètre d’action très étroit, exemple : « Il n’est pas possible d’accéder aux PV de plainte. On ne peut pas non plus convoquer des tiers, ils doivent se présenter spontanément ». Le chef de l’unité de coordination des enquêtes, David Chantreux, d’ajouter : « On ne dit pas qu’il n’y a aucune possibilité qu’il y ait un lien entre la chute de Steve et l’intervention de la police. On dit simplement qu’on n’en a pas établi avec nos moyens ».

Dans ce cas, on est en droit de se le demander : à quoi sert l’IGPN ? Particulièrement sollicitée depuis le début du mouvement des gilets jaunes, ses rapports se suivent et se ressemblent : les enquêtes sont toutes ou presque classées sans suite, ainsi par exemple celle qui concernait l’interpellation des 150 élèves de Mantes-la-Jolie en décembre en marge d’un blocage lycéen.

L’IGPN est-elle sous tutelle du politique, comme le disent ses détracteurs ? Comment mène-t-elle ses enquêtes, fait-elle trembler les commissariats ?

Qui contrôle encore la police ?

Je m'interroge sur la perte du sens de l'opportunité des interventions et de la proportionnalité, que l'on enseigne dans les école de police sous le terme de discernement, c'est à dire adapter les moyens à la situation. La difficulté avec la police, c'est qu'on ne peut jamais juger en droit. - Fabien Jobard

On a une panne d'indépendance réelle, puisque le directeur est nommé en Conseil des Ministres et est révocable à tout moment. Le fait que des policiers jugent des policiers est également problématique mais un regard uniquement extérieur manquerait de légitimité, un système mixte serait donc intéressant. - Marion Guémas

La convocation à l'IGPN est déjà vécue comme une sanction. On a l'impression que cette inspection n'enquête qu'à charge, et qu'on peut être auditionné pour des affaires d'ordre privé. Le moindre écart peut vous valoir une convocation, c'est régulier. - Denis Jacob

Intervenants
  • secrétaire général d'Alternative Police-CFDT.
  • Sociologue, directeur de recherche au CNRS, travaille au CESDIP, Centre de recherche sociologique sur le droit et les institutions pénales
  • responsable des programmes France (police, justice, prison) à l'Action des chrétiens pour l'abolition de la torture (ACAT).
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......