LE DIRECT
Des manifestants brandissent des pancartes au cours d’un rassemblement contre les violences envers les femmes pour exiger des mesures immédiates afin de lutter contre les féminicides, le 6 juillet 2019 à Paris.

Jusqu'où la loi peut-elle protéger les femmes ?

44 min
À retrouver dans l'émission

Depuis maintenant dix ans, 140 féminicides sont recensés en moyenne chaque année en France. Selon les dernières statistiques officielles, le nombre de victimes s’élève déjà à 93 cas depuis le début de l’année 2019.

Des manifestants brandissent des pancartes au cours d’un rassemblement contre les violences envers les femmes pour exiger des mesures immédiates afin de lutter contre les féminicides, le 6 juillet 2019 à Paris.
Des manifestants brandissent des pancartes au cours d’un rassemblement contre les violences envers les femmes pour exiger des mesures immédiates afin de lutter contre les féminicides, le 6 juillet 2019 à Paris. Crédits : Martin Bureau - AFP

William Faulkner avait trouvé ces mots-là, pour faire raconter son viol à l’une de ses personnages, la jeune Temple, dans son roman Sanctuaire.

« La main de Popeye est descendue jusque-là où mes intérieurs commencent » se souvient-elle. « Ce qu’il y avait de plus curieux c’est que j’avais cessé de respirer. Depuis un bon moment je n’avais pas respiré, et je me figurais que j’étais morte. Alors j’ai encore fait une drôle de chose. Je me voyais dans le cercueil. J’étais ravissante, vous savez, tout en blanc. Et je pleurais parce qu’on avait mis de la balle de maïs dans le cercueil. Pendant ce temps, je sentais mes narines devenir alternativement chaudes et froides, et il me semblait voir tous les gens assis autour de mon cercueil ».

Il y a plusieurs manières de tuer une femme. Jusqu’au meurtre. Il y a des milliers de mots et d’images pour en parler. Il y a aussi ce que dit aujourd’hui la loi : harcèlement sexuel. Viol. Homicide volontaire...

Il y a enfin ce que les associations contre les violences faites aux femmes voudraient voir reconnaître : le « féminicide ». Difficile de dire précisément combien de femmes sont mortes sous les coups de leur mari, copain, conjoint... Ceux qui les recensent en dénombrent 93 en France depuis le 1er janvier.

Avant l’été déjà les associations avaient alerté sur l’urgence d’agir sur le thème « les violences ne prennent pas de vacances », Marlène Schiappa leur a répondu par l’annonce d’un « Grenelle » consacré à la lutte contre les violences conjugales, le 3 septembre prochain. Une première, se félicite la ministre de l’Égalité femmes-hommes, qui réunira : les ministres concernés, les acteurs de terrain, les associations, des familles de victimes pour, veut-elle croire, « construire ensemble des mesures efficaces ».

Jusqu'où la loi peut-elle protéger les femmes ?

Une chaîne ne vaut que ce que vaut le maillon le plus faible de la chaîne. Parfois ce sera la policier, parfois ce sera moi, le juge, parfois le journaliste... l'important c'est que toute la société monte en compétence en même temps et sur tout le territoire." - Edouard Durand

Aujourd’hui quand on conseille aux femmes de porter plainte, on le fait toujours avec un pincement au cœur car on se dit que tout va dépendre du commissariat près de chez elle et de plein d'autres facteurs... Des plaintes ont été classées sans suite sans avertir, donc on est sur des situations où concrètement ça ne va pas si bien se passer. C'est là que le rôle des associations est malheureusement essentiel." - Anne-Cécile Mailfert

C'est important de réfléchir à la façon dont la légitime défense a été pensée. Elle a été pensé par et pour des hommes. Il faut trouver de nouveaux critères pour comprendre si la personne qui a commis un acte meurtrier pouvait se sentir légitimement en danger, élargir la notion de contrainte. - Catherine Le Magueresse  

Intervenants
  • Présidente de la Fondation des Femmes
  • juriste et ex-présidente de l’Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail.
  • magistrat, membre du conseil scientifique de l’Observatoire national de l’enfance en danger et ancien membre du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes.
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......