LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des membres du collectif No Grandi Navi (« Pas de navires de croisière ») lors d’une manifestation à côté du MSC Opera le 2 juin 2019 à Venise, suite à sa collision avec un autre navire touristique.

Trop de touristes tuent le tourisme ?

45 min
À retrouver dans l'émission

Face à un afflux de touristes de plus en plus important chaque année, de nombreuses villes européennes envisagent de durcir leurs législations pour lutter contre le tourisme de masse, dont les effets néfastes commencent à se faire ressentir sur les paysages et les écosystèmes.

Des membres du collectif No Grandi Navi (« Pas de navires de croisière ») lors d’une manifestation à côté du MSC Opera le 2 juin 2019 à Venise, suite à sa collision avec un autre navire touristique.
Des membres du collectif No Grandi Navi (« Pas de navires de croisière ») lors d’une manifestation à côté du MSC Opera le 2 juin 2019 à Venise, suite à sa collision avec un autre navire touristique. Crédits : Andrea Pattaro - AFP

Que dit un touriste français en arrivant à Venise, Dubrovnik, Majorque ou sur une île grecque ? Après avoir épuisé toutes les onomatopées de rigueur « Waaaaah ! Haaaaaaan ! Olala... », la formule qui revient irrémédiablement est : « Non franchement, y’a trop de Français quoi ». Les touristes évidemment, ce sont toujours les autres.

Autour de 80% des profits récoltés dans le Sud grâce au tourisme reviennent aux pays du Nord, car les entreprises capitalistiques y sont toutes installées. Pierre Josse

Mais qu’est-ce qui conduit ces hordes de visiteurs du monde entier, à s’infliger : un voyage en avion, un trajet en RER, une fin de nuit dans un bus... pour venir voir ce qu’ils ont immanquablement déjà vu en photo, entre autres sur les comptes Instagram de leurs collègues ou de leurs voisins ?

Le sur-tourisme n'est pas nouveau. Ce qui l'est, c'est que plusieurs populations ont pris la rue et manifesté contre ce qu'elles percevaient comme "trop de touristes". Du même coup, les pouvoirs locaux cherchent à contrôler ce phénomène qui était jusqu'ici considéré comme un phénomène naturel. Maria Gravari-Barbas

Peut-être le désir de les voir avec la peau, ces canaux vénitiens, de s’assurer que l’île de Santorin est bien réelle, de prendre conscience des proportions de la Tour Eiffel... Et évidemment de faire un selfie devant, pour bien montrer qu’on y était.

Airbnb aurait pu paraître comme une alternative au tourisme industriel. Mais avec la plate-forme, chacun devient un agent touristique  qui peut marchandiser, louer, une chambre : on a atteint un stade plus avancé encore de pénétration du tourisme dans la vie des habitants. Rodolphe Christin

Face à cet afflux de touristes, de nombreuses destinations ont décidé de mettre le ola. À Barcelone, Madrid, Londres ou Amsterdam, on imagine des quotas, des taxes, des déviations pour les paquebots de croisière ou des fermetures de plages. En faisant quand même attention à ménager les touristes qui les intéressent, ceux qui font marcher leur économie, bref : ceux qui ont de l’argent.

Alors... Trop de touristes tuent le tourisme ?

Intervenants
  • professeure de géographie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directrice de l’EIREST (Equipe Interdisciplinaire de Recherche Sur le Tourisme), coordonne la chaire Unesco « Culture-Tourisme-Développement ».
  • sociologue.
  • co-fondateur et rédacteur en chef du Guide du Routard.
L'équipe
Production
Réalisation
Production déléguée
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......