LE DIRECT
Manifestation en faveur de Jair Bolsonaro à Rio de Janeiro, au Brésil, lors du second tour de l'élection présidentielle, le 28 octobre 2018.

Brésil : la fin d'un modèle ?

39 min
À retrouver dans l'émission

Un candidat d’extrême droite accède à la présidence brésilienne sur fond de crise politique, économique et sociale. La plus grande démocratie d’Amérique latine est-elle menacée ? Est-ce la fin de l’utopie incarnée par Lula et le Parti des travailleurs depuis le début des années 2000 ?

Manifestation en faveur de Jair Bolsonaro à Rio de Janeiro, au Brésil, lors du second tour de l'élection présidentielle, le 28 octobre 2018.
Manifestation en faveur de Jair Bolsonaro à Rio de Janeiro, au Brésil, lors du second tour de l'élection présidentielle, le 28 octobre 2018. Crédits : Carl DE SOUZA - AFP

Cela faisait deux ans, et la destitution de Dilma Rousseff, que le Brésil vacillait, écœuré par les scandales de corruption, assommé par la récession, terrifié par l’insécurité… 

Cela faisait 15 ans, et l’élection de Lula, que le pays espérait plus de justice sociale, plus de croissance, et plus de puissance et de respect sur la scène internationale… Des objectifs en partie atteints… 

Enfin, cela faisait 33 ans, et la fin de la dictature, qu’il se partageait entre une droite centriste ou conservatrice et une gauche qui se voulait progressiste, bref qu’il profitait de l’alternance démocratique, après deux décennies passées sous le joug de militaires… 

Et voilà, qu’aujourd’hui, le Brésil se choisit un homme qui porte un discours inédit depuis le temps des généraux, un discours autoritaire, violent, sexiste et raciste… Un discours néolibéral, négligeant certains droits élémentaires, négligeant l’environnement… Loin de celui porté récemment par les dirigeants brésiliens, quel que soit leur parti… 

"Brésil : est-ce la fin d’un modèle ?"

Extraits de l'émission : 

Juliette Dumont : "On parle beaucoup de la violence urbaine, on parle beaucoup moins de la violence rurale. Et celle là est aussi très forte, très importante, très radicale. Ces deux dernières années, on a vu resurgir quelque chose que l'on croyait avoir disparu : ces hommes de mains de grands propriétaires terriens qui vont assassiner des leaders de mouvements, des populations indigènes... Ce qu'il faut craindre avec l’arrivée au pouvoir de Bolsonaro, c'est une libération encore plus grande de ces violences."

Christophe Ventura : "C'est une fracture qui se rouvre avec l’élection de Bolsonaro.  L'épisode Bolsonaro n'est qu'un épisode d'une crise qui a commencée avant lui et dont il est un produit. Mais oui, elle se rouvre, notamment sur la question des inégalités. Au Brésil, un rapport d'Oxfam a rappelé que les six personnes les plus riches détenaient autant que les cents millions les plus pauvres. "

Intervenants
  • historienne, maîtresse de conférences à l’Institut des hautes études de l’Amérique latine (université Paris-III-Sorbonne nouvelle)
  • Directeur du Centre d'étude de la vie politique (CEVIPOL), co-directeur du Centre d'étude des Amériques (AmericaS) à l’Université Libre de Bruxelles.
  • Directeur de recherches à l'Iris
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......