LE DIRECT
Un patient entre dans un bus de l'association Gaia pour recevoir un médicament de substitution à la méthadone, près de la gare du Nord à Paris, le 24 avril 2013

Comment cohabiter avec les toxicomanes ?

39 min
À retrouver dans l'émission

En juin dernier, la "Colline du crack", porte de la Chapelle, Paris 18e, a été évacuée par la police pour la dix-septième fois en dix ans. Depuis, les "crackeurs" sont de retour. Comment faire face à la consommation de crack dans la rue ? Comment coexister avec les usagers de drogues ?

Un patient entre dans un bus de l'association Gaia pour recevoir un médicament de substitution à la méthadone, près de la gare du Nord à Paris, le 24 avril 2013
Un patient entre dans un bus de l'association Gaia pour recevoir un médicament de substitution à la méthadone, près de la gare du Nord à Paris, le 24 avril 2013 Crédits : Lionel Bonaventure - AFP

A San Francisco, en Californie, le rêve américain a, comme partout, son envers. Ici, il est délimité dans le quartier de Tenderloin. La drogue y a élu domicile, encore que le terme soit inapproprié : la plupart des consommateurs sont des SDF. Une zone de shoot à ciel ouvert, à laquelle la ville veut remédier en ouvrant des sites d’injection supervisée pour les toxicomanes. L’article du Monde qui évoque ce projet explique que, pour l’instant, l’Etat fédéral s’y oppose.

En France, la création de salles de consommation à moindre risque s’est, elle aussi, heurtée à de fortes résistances. Il aura fallu sept ans entre l’annonce d’un projet de "salles de shoot" en 2009 et leur ouverture en 2016, l’une à Paris, l’autre à Strasbourg, de manière expérimentale. Expérience toujours en cours, qui ne semble pas en mesure de répondre à un phénomène de plus en plus visible dans le nord-est parisien : la consommation de crack.

La zone, près du périphérique, sur laquelle se regroupent les usagers de ce dérivé de la cocaïne, a été évacuée à plusieurs reprises. Manifestement sans réel effet. Les riverains s’alarment de cette promiscuité, source d’insécurité. Des problématiques bien connues mais qui semblent néanmoins se répéter à l’identique au fil des années.

Est-ce à dire que la prise en charge des usagers de drogue, lorsqu’ils occupent l’espace public, reste un problème sans solutions ?

’Comment cohabiter avec les toxicomanes ?’’

Liens :

Intervenants
  • Sociologue, spécialiste des drogues, présidente d'honneur de l'Association française pour la réduction des risques (AFR) et membre du CA de l’association Auto-Support des Usagers de Drogues (ASUD)
  • journaliste indépendant
  • docteur en pharmacie, il coordonne notamment le site TREND Ile-de-France (Tendances récentes et nouvelles drogues) pour l’Observatoire Français des Drogues et Toxicomanies (OFDT) et l’association Charonne
  • adjointe à la Maire de Paris chargée de toutes les questions relatives à la Santé et aux relations avec l'AP-HP
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......