LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le dépistage génétique : mieux vaut prédire que guérir?

Dépistage génétique : mieux vaut prédire que guérir ?

39 min
À retrouver dans l'émission

Les examens génétiques et la médecine génomique figurent au menu des états généraux de la bioéthique dont la phase de consultation se termine aujourd'hui. Dans quel cas les tests génétiques sont-ils envisagés ? Quelles maladies est-on capable de prédire ? Que risque-t-on à vouloir trop en savoir ?

Le dépistage génétique : mieux vaut prédire que guérir?
Le dépistage génétique : mieux vaut prédire que guérir? Crédits : LEON NEAL - AFP

Clap de fin pour la consultation des citoyens, en vue de la révision des lois de bioéthique. L’appel à contributions, lancé mi-janvier dans le cadre des Etats généraux de la bioéthique, s’achève ce lundi. Mais tout reste à faire. D’abord la synthèse des discussions : un rapport sera remis au mois de juin. Puis l’écriture d’un projet de loi, à l’automne prochain, en vue de l’adoption d’un nouveau texte en 2019.

Parmi les thématiques susceptibles de faire l’objet d’un changement législatif, il y a les examens génétiques.

Des examens très encadrés en France : ils ne peuvent être autorisés qu’à des fins médicales ou de recherche scientifique, par exemple dans le cadre d’un diagnostic prénatal. Leur but : révéler d’éventuelles mutations sur un ou plusieurs gènes, ce qui peut conduire à l’apparition de maladies.

De tels examens posent une multitude de questions : sur la nature des bénéficiaires, sur la nature des maladies recherchées, et bien sûr sur l’utilisation des informations qui sont recueillies. Questions qui ne sont pas nouvelles mais dont les réponses peuvent évoluer en fonction - notamment - des progrès de la médecine génomique.

"Dépistage génétique : mieux vaut prédire que guérir ?"

Extraits de l'émission : 

Ségolène Aymé : "La recherche et le soin sont deux champs complètement différents. Le soin doit être encadré, la recherche doit être complètement libre."

Cynthia Fleury : "On ne peut pas fonctionner avec le même niveau d'incertitude dans le monde du soin et dans le monde de la recherche. L'incertitude dans le milieu du soin peut détruire des vies."

Liens :

Sur le même thème sur France Culture :

Et suivez-nous sur Twitter : @Grain_a_moudre @CynthiaFleury @Inserm

Bibliographie

Les irremplaçablesCynthia FleuryGallimard, collection Blanche, 2015

Intervenants
  • Philosophe et psychanalyste, professeure au Conservatoire National des Arts et Métiers, professeure associée à l'Ecole des Mines de Paris et directrice de la chaire de philosophie à l'hôpital Ste-Anne
  • Médecin généticienne et épidémiologiste, directrice de recherche émérite à l’INSERM
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......