LE DIRECT
T-Shirt satirique sur la boutique https://enlysée.fr/

Notre modèle social est-il périmé ?

39 min
À retrouver dans l'émission

Minima sociaux, assurance chômage, réforme des retraites, création d’un revenu universel d’activité... Les chantiers sociaux engagés par le gouvernement sont nombreux. Mais doit-on s’attendre à une lutte contre les inégalités plus efficace ? Notre modèle social doit-il évoluer ?

T-Shirt satirique sur la boutique https://enlysée.fr/
T-Shirt satirique sur la boutique https://enlysée.fr/ Crédits : Enlysée.fr

On dirait un oxymore : le Revenu Universel d’Activité. Son principe a été présenté il y a une quinzaine de jours dans le cadre du Plan pauvreté du gouvernement. Et la formulation interroge en ce sens qu’en principe, le revenu universel est censé permettre de ne pas travailler tout en vivant correctement. Y associer le terme d’’’activité’’ suppose au contraire que ce revenu doit être suffisamment modeste pour inciter ses bénéficiaires à ne pas s’en contenter.

Cette nuance n’a rien d’un détail. Elle détermine et révèle l’approche plus globale qui peut être faite de notre système de protection sociale. Pour l’actuelle majorité, il s’agit à la fois de diriger les aides vers les populations les plus modestes, et de les organiser de façon à ce qu’elles encouragent le retour vers l’emploi.

Un modèle qui s’inspire de ce qui peut exister chez les anglo-saxons. Et qui, par la même occasion, se différencie assez nettement de celui dans lequel la société française évolue depuis la Libération, avec l’Etat providence tel que l’avait imaginé le Conseil national de la résistance.

"Notre modèle social est-il périmé ?"

En partenariat avec La Croix et co-présenté par Guillaume Goubert

La Croix Logo
La Croix Logo Crédits : La Croix - Corbis

Liens : 

Pour Macron, les aides sociales "déresponsabilisent" et "coûtent un pognon de dingue" : par Marianne le 13/06/2018.

Comment reconstruire le modèle social français ? : par La Croix , le 27/09/2018.

Quel modèle social nous prépare Emmanuel Macron ? : par Frédéric Bizard le 31/08/2018.

[abonnés]Inégalités : les faiblesses du modèle français : par Marie Charrel et Elise Barthet pour Le Monde, le 25/09/2018.

Extraits de l'émission :

Gaspard Koenig : « Le travail ne doit pas être une valeur sociale architectonique qui définit l'ensemble de notre vie en commun, ce doit être un choix. Le revenu universel donne aux gens le choix du travail et du non travail et pour moi c'est plus valorisant pour le travail parce que vous l'avez choisi.
Et quand je prends l'exemple des personnes touchant le RSA, ils nous ont dit : "votre option de revenu universel nous permettrait de vivre beaucoup mieux, non pas parce qu'on toucherait plus d'argent - parce que les sommes qu'on propose sont relativement équivalentes à ce qui existe aujourd'hui en terme de prestations - mais parce qu'on aurait une vraie stabilité et qu'on serait libres ensuite d'en faire ce qu'on veut". Et si on pousse un peu plus loin l'idée de revenu universel, si on remplace tout pas un revenu universel qui est censé tout couvrir, imaginons, chacun arbitrerait ses propres risques et va se couvrir pour ses propres risques : la santé, le chômage, la vieillesse, habiter à la campagne ou à la ville... et donc c'est ça qui est très responsabilisant.
Mais notre système actuel comme il met chacun dans des cases et qu'il l'envoie, en fonction des cotisations qu'il paie aux uns et aux autres, de manière obligatoire, dans certains silos, et bien il empêche les gens de de faire ce genre de choix et c'est pour ça que l'on peut concevoir un vrai modèle social au sens où vous avez une protection collectivement assurée, en tout cas le droit à la survie - qui ne l'est pas aujourd'hui - mais où par ailleurs vous avez un système qui est fondé sur la responsabilité individuelle c'est à dire que comme disait Friedman quand il proposait l'impôt négatif : "cash is freedom" : avec le cash vous faites vos propres choix et ensuite vous les assumez et à la fois ça soutient mais ça responsabilise". »

Dominique Méda : « Ce que dit Gaspard Koenig sur cette protection sociale, que l'on pourrait comme ça choisir individuellement c'est une régression abominable par rapport au progrès - j'ose employer ce terme - qu'on a fait depuis le XIXe siècle. On vit quand même en société, donc il y a une solidarité nécessaire et le système de protection sociale est vraiment au cœur de cette solidarité.
Vous parliez des corporations, ce n’est pas pour rien que Bismarck voyant les effets terrifiants de la révolution industrielle sur l'Angleterre et la France a décidé justement de mettre, le premier, en place un système de protections sociale pour recomposer ces communautés qui étaient abîmées. »

Intervenants
  • Philosophe, enseignant à Science Po, président du think-tank GenerationLibre
  • professeure de sociologie à Paris-Dauphine, directrice de l'Institut de Recherche Interdisciplinaire en sciences sociales (IRISSO)
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......