LE DIRECT
Elle est allemande, il est français, ils ont une passion commune : l'Europe. Alain Delon et Romy Schneider dans "La Piscine", 1969

Faut-il tout miser sur le couple franco-allemand ?

39 min
À retrouver dans l'émission

Le premier sommet européen depuis la réélection d’Angela Merkel est l’occasion de redynamiser le moteur franco-allemand. Le volontarisme du couple Merkel-Macron sera-t-il suffisant pour relancer le projet européen et faire face à la montée de l’euroscepticisme ?

Elle est allemande, il est français, ils ont une passion commune : l'Europe. Alain Delon et Romy Schneider dans "La Piscine", 1969
Elle est allemande, il est français, ils ont une passion commune : l'Europe. Alain Delon et Romy Schneider dans "La Piscine", 1969 Crédits : Getty

Il aura été patient, Emmanuel Macron. Plusieurs mois à l’attendre. Mais cette fois, plus rien ne semble devoir faire obstacle au couple qu’il est censé former, comme tout président sous la Ve République, avec le chancelier allemand. En l’occurrence, la chancelière, Angela Merkel. La voilà enfin dotée d’une coalition pour gouverner. L’un et l’autre ont quatre années devant eux. C’est le grand retour du couple franco-allemand.

Et cela tombe bien car ensemble, ils ont des projets. On pouvait s’attendre à ce qu’ils les déclinent jeudi et vendredi dernier, lors du Conseil européen à Bruxelles. Mais les tractations post-législatives outre-Rhin ont retardé leur mise en route. Une feuille de route commune sera présentée aux autres membres de l’Union européenne lors du prochain sommet, à la fin du mois de juin.

Parmi les chantiers auxquels Angela Merkel et Emmanuel Macron ont choisi de se confronter, il y a la réforme de la zone euro, l’harmonisation fiscale, mais aussi la création d’une défense européenne autonome. Autant de dossiers que Berlin et Paris ne peuvent mener seuls, mais sans qui rien ne peut se faire. C’est en tout cas ainsi qu’a fonctionné l’Europe pendant des années. Est-ce toujours le cas ?

"Faut-il tout miser sur le couple franco-allemand ? "

Extraits :

Barbara Kunz : « Les arguments qui servent à vendre une idée européenne en France ne sont pas forcément les arguments qui fonctionnent en Allemagne, il y a un effort interculturel à faire pour vraiment permettre à ce débat de décoller. »

Marion Gaillard : « On est dans de l’affichage politique. Il ne faut pas faire croire que le couple franco-allemand va sauver l’Europe à lui tout seul, sinon on va aller vers des déceptions dans l’opinion publique. »

Sites :

Liens :

Sur le même thème :

Et aussi sur Twitter : @Grain_a_moudre @ulrikeguerot @BaKu_Ifri 

Intervenants
  • Politiste, professeure et directrice du département de politique européenne et d'étude de la démocratie à l'Université du Danube à Krems, fondatrice du European Democracy Lab.
  • politologue, chercheuse au Comité d’études des relations franco-allemandes (Cerfa), à l'Ifri
  • Historienne, spécialiste des relations franco-allemandes et des questions européennes, et maître de conférences à Sciences-Po Paris
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......