LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les dirigeants mondiaux au début du Sommet One Planet, le 12 décembre 2017 à la Seine Musicale

La crise climatique redonne-t-elle du poids aux Etats ?

39 min
À retrouver dans l'émission

Les mobilisations citoyennes pour le climat se multiplient, mais leurs destinataires ne changent pas : ce sont les gouvernements qui sont interpellés. Les Etats sont attendus sur ces enjeux, mais seront-ils à la hauteur ? Les Etats doivent-ils se transformer pour affronter la crise climatique ?

Les dirigeants mondiaux au début du Sommet One Planet, le 12 décembre 2017 à la Seine Musicale
Les dirigeants mondiaux au début du Sommet One Planet, le 12 décembre 2017 à la Seine Musicale Crédits : Ludovic Marin - AFP

Plus d’une centaine d’ONG appellent à une « marche du siècle » samedi prochain en France, pour dénoncer notamment « l’inaction du gouvernement » face aux enjeux climatiques. La veille, ce sont les lycéens, du monde entier cette fois, qui sont appelés à se mettre en grève pour forcer les dirigeants de la planète à agir.

Et c’est encore dans cette idée d’inciter à l’action que sera déposé demain un recours contre l’Etat devant le tribunal administratif de Paris, pour « carence fautive » : une initiative qui s’inscrit dans la logique de la pétition « L’affaire du siècle », lancée en début d’année par quatre ONG.

A chaque fois, ce sont les Etats et les gouvernements qui sont interpellés. C’est donc qu’ils ont du pouvoir. Dénoncer leur inaction revient à leur prêter un rôle décisif en la matière : s’ils ne font rien, les dérèglements climatiques ne peuvent que s’aggraver.

On peut aussi voir dans ces initiatives une demande de protection formulée par les citoyens. Voire une attente de mesures fortes, le cas échéant coercitives, à supposer que la contrainte soit nécessaire en la matière. Et dès lors, comment faire cohabiter une telle demande avec ce qui ressemble à son contraire : l’aspiration à davantage de démocratie ?

« La crise climatique redonne-t-elle du poids aux Etats ? »

Vidéos :

Bastien Alex :

Pour sortir du dilemme sur la réforme de l’Etat, il faudrait supprimer le Ministère de l’Ecologie. Nous devons faire de l’interministériel, c’est-à-dire adopter une culture où l’on intègre les préoccupations environnementales qui ont des répercussions énergétiques, économiques ou politiques. L’existence même d’un ministère chargé du développement durable limite et segmente ces questions.

Marie-Anne Cohendet :

A priori, on peut se dire que les Etats ne peuvent pas grande chose sur les questions environnementales : elles dépassent les frontières et dépendent des politiques internationales dans un contexte de mondialisation de l’économie et de la pollution. Mais les Etats désormais s’affirment comme responsables de la sécurité des citoyens, du respect des droits de l’Homme et du droit de chacun à vivre dans un environnement sain. L’Etat a le devoir d’assurer l’effectivité de ces droits.

Arnaud Gossement :

Nicolas Hulot avait déjà appelé à modifier la composition du Gouvernement en créant le poste de Vice-Premier Ministre en charge du développement durable. Car quelle que soit sa bonne volonté et ses moyens, le Ministre de l’Ecologie n’est qu’une voix parmi d’autres, et souvent la plus faible. Il faut aussi revoir et clarifier la répartition des compétences entre les collectivités territoriales et les administrations centrales. Il faut également faire confiance à d’autres acteurs que l’Etat pour faire avancer les choses.

Articles :

"Justice climatique : les précédents dans le monde", France Culture, le 06/01/2019

"L'affaire du siècle : militer par le droit", Esprit, février 2019

"Climat : sauver la planète en préservant les libertés", Le Monde, le 04/01/2019

Opinions :

"Recours contre l'Etat pour inaction climatique : levons les risques de malentendus",  Arnaud Gossement pour Actu Environnement, le 07/1/2019

[abonnés] "L’environnement est la nouvelle frontière des inégalités", tribune d'Eloi Laurent, économiste, Le Monde, le 04/01/2019

"La proposition de la Fondation Nicolas Hulot pour une démocratie du long terme : la chambre du futur", Le Mag de la transition, le 03/07/2017

Liens :

"L’environnement dans les constitutions étrangères", Nouveaux cahiers du Conseil constitutionnel n° 43, avril 2014

Intervenants
  • chercheur et responsable du programme Climat, Énergie et Sécurité à l'IRIS
  • Constitutionnaliste, professeure de droit public à Paris I - Panthéon-Sorbonne, spécialiste des institutions de la Vème république
  • avocat, juriste spécialisé dans le droit de l'environnement
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......