LE DIRECT
L’ex-Ministre de la transition écologique et solidaire Nicolas Hulot quitte l’Elysée, à Paris, le 27/08.

Un ministre de l'écologie, ça ferme sa gueule ou ça démissionne ?

38 min
À retrouver dans l'émission

Nicolas Hulot a annoncé sa démission du ministère de la Transition écologique. Il n'est pas le premier à ce poste à faire le constat de son incapacité à peser sur les décisions politiques. L'écologie a-t-elle sa place dans un gouvernement ? Ou ne peut-elle être qu'un contre-pouvoir ?

L’ex-Ministre de la transition écologique et solidaire Nicolas Hulot quitte l’Elysée, à Paris, le 27/08.
L’ex-Ministre de la transition écologique et solidaire Nicolas Hulot quitte l’Elysée, à Paris, le 27/08. Crédits : LUDOVIC MARIN / AFP - AFP

Il n’avait rien dit au président de la République ni au premier ministre, de peur que ces derniers le convainquent de revenir sur sa décision : Nicolas Hulot a donc annoncé sa démission du gouvernement ce matin sur France Inter. " J’ai un peu d’influence, je n’ai pas de pouvoir " a constaté celui qui faisait figure de plus belle prise politique d’Emmanuel Macron il y a 15 mois.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Peu d’influence, pas de pouvoir : c’est un constat que pourraient sans doute partager quelques-uns de ses prédécesseurs. Le ministère de l’Environnement (ou de l’Ecologie) est réputé pour être un ministère contraint, tiraillé entre des enjeux de long terme qui exigent des décisions radicales, et des intérêts particuliers qui oeuvrent à en limiter l’ampleur. Robert Poujade, qui exerça pour la première fois cette fonction (sous Georges Pompidou), parlait d’un " ministère de l’impossible ", confronté à " la force d’inertie des administrations traditionnelles ".

C’était il y a plus de 40 ans. Depuis, la défense de l’environnement a été propulsée au rang de priorité politique, défendue par des ministres d’Etat. Et pourtant, c’est toujours ce constat de relative impuissance qui domine les témoignages de celles et ceux ayant exercé la fonction.

" Un ministre de l’écologie, ça ferme sa gueule ou ça démissionne ? "

Extraits de l'émission :

Corinne Lepage : "Aujourd'hui, au sein du ministère de l'écologie, vous n'avez même pas une direction générale de l'écologie. (...) Ça veut dire que les arbitrages se font en interne, même pas forcément au niveau du cabinet du ministre, et par conséquent ils partent perdants. " 

Géraud Guibert : " Nicolas Hulot est un homme seul. Je ne crois pas du tout au fait qu'un homme seul puisse changer les choses et inverser les politiques. Cela pose la question de la structuration de l'écologie dans notre monde politique "

Bettina Laville : " Hulot avait dit très clairement qu'il ferait, l'été, le bilan de sa première année au gouvernement. Pour la rentrée, on le cueille avec une réunion absolument impossible à supporter pour un ministre du gouvernement sur les changements sur les espèces menacées. Il devait ouvrir, après-demain, à Fontainebleau, le 70e anniversaire de l'Union International de Conservation de la Nature. Comment voulez-vous qu'il se présente devant des gens qui protège les espèces avec une décision pareille? " 

Vanessa Jérome : " Nicolas Hulot a fait la douloureuse expérience que la notoriété, la sympathie, ça ne fait pas l'influence et encore moins l'efficacité politique (...). Je crois qu'il paye aussi le fait qu'il y a des limites assez rapides à l’inexpérience politique (...). Faire de l'écologie c'est s'opposer à tout un tas de forces économiques qui sont importantes, et qui, elles, pèsent très clairement sur la politique gouvernementale "

" Nicolas Hulot : une transition logique " : Alain Auffray, Coralie Schaub, Jérôme Lefilliâtre et Maïa Courtois pour Libération, le 28/08/2018.

Tribunes :

Intervenants
  • Ancien directeur de cabinet de Nicole Bricq, président de La Fabrique Ecologique
  • Politiste, Spécialiste du parti vert, docteure associée au CESSP/Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • avocate et ancienne Ministre de l'environnement (1995-1997).
  • conseiller d'Etat, présidente de Comité 21
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......