LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Une démonstration des capacités d’un système de reconnaissance faciale a été réalisée en direct aux Etats-Unis durant l'exposition « Horizon Robotics », au Las Vegas Convention le 10 janvier 2019

Pourra-t-on échapper à la surveillance des smart cities ?

39 min
À retrouver dans l'émission

Système de reconnaissance faciale à Nice, audiosurveillance à Saint-Etienne… Autant de nouveaux dispositifs « intelligents » qui sont expérimentés en France depuis peu. Ces technologies bouleversent notre rapport à l’espace public, mais à quel prix ? Les smart cities menacent-elles nos libertés ?

Une démonstration des capacités d’un système de reconnaissance faciale a été réalisée en direct aux Etats-Unis durant l'exposition « Horizon Robotics », au Las Vegas Convention le 10 janvier 2019
Une démonstration des capacités d’un système de reconnaissance faciale a été réalisée en direct aux Etats-Unis durant l'exposition « Horizon Robotics », au Las Vegas Convention le 10 janvier 2019 Crédits : DAVID MCNEW - AFP

La preuve par l’image : c’était la promesse de la VAR, l’Assistance Vidéo à l’Arbitrage, censée révolutionner le monde du football en abolissant les erreurs de jugement. Quelques mois après sa mise en place, la promesse n’est pas au rendez-vous. Pénalty ? Pas pénalty ? Avec ou sans caméra, tout reste une question d’interprétation humaine.

Avec la vidéo surveillance, c’est peu ou prou la même chose. Les outils ont beau être de plus en plus sophistiqués, et de plus en plus répandus dans l’espace urbain, ils ne sont pas infaillibles. Ainsi la reconnaissance faciale, présentée comme le nouveau Graal en matière de sécurité, est encore loin de tenir ses promesses : beaucoup d’erreurs, une personne pouvant trop facilement être prise pour une autre.

La France n’en est pas là, législation oblige, mais la direction est prise. Lors du dernier carnaval de Nice, la reconnaissance faciale a été testée sur des volontaires. A Saint-Etienne, on s’apprête à expérimenter l’audiosurveillance, pour détecter les bruits suspects. 

Officiellement, il s’agit de simplifier la vie des habitants, en leur offrant une plus grande protection, une ville plus sûre. Mais au prix du renoncement à l’anonymat, dans la mesure où un tel système suppose de se nourrir de toujours plus de données, notamment de données personnelles.

« Pourra-t-on échapper à la surveillance des smart cities ? »

Vidéos :

Régis Chatellier :

L’intelligence artificielle, ce qu’on a tendance à oublier, c’est qu’il y a toujours de l’humain sur l’ensemble de la chaîne. Et malgré cela, on nous vend l’intelligence artificielle comme du machine learning, de l’apprentissage automatique par les machines sur lesquelles finalement, la machine deviendrait plus intelligente que l’humain. Nous n’aurions pas la capacité à avoir du recul sur la prise de décision. C’est là qu’il faut être très vigilent.

Carlos Moreno :

La difficulté en terme de gouvernance, c’est quand la vidéosurveillance devient un outil de contrôle social, et que l’espace public est identifié à une manière d’agir dans le cadre de la société.

Articles :

"Nice : souriez, vous êtes démasqués", Libération, le 20/02/2019

[abonnés] "Reconnaissance faciale : comment nos visages sont traqués", Le Monde, le 23/03/2018

"Y a-t-il un pilote dans la smart city ?", Bruno Marzloff, Sociétés n°132, 2016

Liens :

"Au-delà de la smart city", Carlos Moreno pour PCA-Stream, 2017

"La plateforme d’une ville : les données personnelles au cœur de la fabrique de la smart city", Cahiers IP Innocation & prospective n°5, 2017

Intervenants
  • chargé d’études prospectives à la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL), contributeur de LINC (Laboratoire d’innovation numérique de la CNIL)
  • sociologue, maîtresse de conférences à l’université de Picardie Jules-Verne, chercheure au Centre universitaire de recherches sur l'action publique et le politique - épistémologie et sciences sociales (CURAPP-ESS)
  • Professeur à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne et directeur scientifique de la Chaire ETI (Entrepreneuriat Territoire Innovation)
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......