LE DIRECT
Est-on toujours renvoyé à sa classe sociale d'origine ?

Est-on toujours renvoyé à sa classe d'origine ?

39 min
À retrouver dans l'émission

Méritocratie, ascenseur social, transfuge de classe… Les termes pour évoquer la mobilité sociale sont nombreux. Mais quelle est la réalité de ceux qui vivent ou subissent le changement de classe sociale ? Peut-on et faut-il se débarrasser des marqueurs sociaux de son milieu d’origine ?

Est-on toujours renvoyé à sa classe sociale d'origine ?
Est-on toujours renvoyé à sa classe sociale d'origine ? Crédits : Rebecca Hahn - Getty

Pauvre petite fille riche : c’est à peu près la tonalité des réactions qui ont suivi, sur les réseaux sociaux, l’intervention de Chris (ex Christine and the Queens) il y a une dizaine de jours sur Canal . La chanteuse y faisait part du décalage ressenti entre son milieu d’origine et celui du show-biz dans lequel elle évolue : ‘’il y a’’, disait-elle ‘’une mémoire des muscles de la classe ouvrière que j’ai dans mon corps’’. Et les internautes de lui rappeler sa condition de fille de profs, passée par Normale Sup.

Mais au-delà de la moquerie, ce qui dit cette artiste est intéressant du point de vue des traces qui accompagnent, et peut-être encombrent parfois, celles et ceux qui font l’expérience de changer de classe sociale, les transclasses comme les appelle la philosophe Chantal Jaquet.

De quoi se déleste-t-on lorsqu’on passe d’un milieu à un autre ? Et de quoi ne peut-on pas se défaire ? La mémoire de ses origines sociales peut-être d’autant plus présente qu’elle vous est régulièrement rappelée, que ce soit par ceux que vous avez rejoints comme par ceux que vous avez quittés.

’Est-on toujours marqué par sa classe d’origine ?’’

Extraits de l'émission : 

Faïza Guene : "Je n'ai pas l'impression d'être sorti de ma classe, j'ai l'impression que c'est un voyage que je fais perpétuellement. Comme un aller-retour permanent depuis 15 ans maintenant. Et du coup, j'ai l'impression que je n'ai jamais assez de recul pour raconter cette distance, parce que j'y reviens toujours, et je pense qu'on y est ramené, à sa classe."

Chantal Jaquet : "La notion de mérite est un petit peu injuste, et consiste à transformer une injustice sociale en justice, puisqu'on va dire "Eux ont fait l'effort de transformer les choses alors que les autres sont paresseux et n'ont pas fait d'effort."

Nicolas Hatzfeld : "On a des héritages qui sont de longues durées et de plusieurs générations. L'image de classe peut être une image réductrice, car il y a des parcours qui se déterminent sur plusieurs générations "

Liens : 

La lutte des "transclasses" : par Sonya Faure pour Libération, le 05/09/2018.

EDOUARD LOUIS : "Ma vie d'écrivain est une honte" : par Claire Devarrieux pour Libération, le 04/05/2018.

Tribunes : 

Peut-on être traître à sa classe sociale ? : par Louise Hermant pour Les Inrocks, le 28/08/2018.

Une place à part : par Philippe Lançon pour Libération, le 06/02/2003. 

Bibliographie

Intervenants
  • Philosophe, professeure à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, auteure de "La fabrique des transclasses" (PUF, 28 août)
  • Professeur d'histoire contemporaine à l’université d'Évry Val d'Essonne, spécialiste du travail, ancien militant d'un parti pro-chinois, il s’était établi dans une usine Peugeot après 1968
  • écrivaine
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......