LE DIRECT
La libération de la parole des victimes n’a-t-elle que des bienfaits ?

La parole libérée des victimes est-elle sacrée ?

40 min
À retrouver dans l'émission

Après le « clash » entre Christine Angot et Sandrine Rousseau, puis les révélations autour de l’Affaire Weinstein, la parole des victimes de violences sexuelles s’est largement libérée. Quels sont les bienfaits et les limites d’une telle libération de la parole pour les victimes et pour la société ?

La libération de la parole des victimes n’a-t-elle que des bienfaits ?
La libération de la parole des victimes n’a-t-elle que des bienfaits ? Crédits : Aurelien Morissard - Maxppp

Ce sera donc bien la grande cause nationale du quinquennat : l’égalité entre les femmes et les hommes. Emmanuel Macron l’a annoncé le week-end dernier, à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre les violences faites aux femmes. Parmi les priorités évoquées par le chef de l’Etat : le renforcement de l’arsenal répressif, et un meilleur accompagnement des victimes.

Des victimes de moins en moins silencieuses. Cela restera un des faits majeurs de cette année 2017 : l’exceptionnelle libération de leur parole. L’affaire Weinstein aura été le déclencheur d’un phénomène dont on verra bien, à l’avenir, s’il marque un véritable tournant, ou bien s’il n’aura été qu’un feu de paille.

Que la parole se libère : on ne peut que s’en réjouir. Mais doit-elle forcément se libérer dans l’espace public ? Par ailleurs, la question se pose aussi sur la façon de l’accueillir. L’absence de réponse judiciaire, liée notamment aux règles de la prescription, peut engendrer davantage de frustration que de délivrance. Par ailleurs, lorsque les traumatismes sont anciens, comment s’assurer de la fiabilité de la mémoire de ces événements ?

’La parole libérée des victimes est-elle sacrée ?

Articles

Liens

Muriel Salmona a remis à Marlène Schiappa, le 20 octobre 2017 le Manifeste contre l’impunité des crimes sexuels. Il est à retrouver : ici.

Une émission en partenariat avec le journal La Croix, co-animée avec Isabelle de Gaulmyn.
Une émission en partenariat avec le journal La Croix, co-animée avec Isabelle de Gaulmyn.
Intervenants
  • Pédopsychiatre et psychanalyste
  • psychiatre-psychothérapeute, chercheuse et formatrice en psychotraumatologie et en victimologie, présidente de l'association Mémoire traumatique et Victimologie.
  • rédactrice en chef à La Croix, auteure notamment de « Histoire d’un silence », ed. Seuil, 2016.
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......