LE DIRECT
Dans les décombres de la ville de Hamouria située dans la Ghouta orientale. Syrie, 22 févier 2018

Syrie : le pire est devant nous ?

39 min
À retrouver dans l'émission

Malgré la trêve humanitaire décrétée par le Conseil de Sécurité de l’ONU, les raids aériens du régime syrien n’ont pas cessé dans l’enclave rebelle de la Ghouta Orientale. Peut-on espérer un apaisement du conflit en Syrie ? Faut-il s’attendre, au contraire, à une intensification des combats ?

Dans les décombres de la ville de Hamouria située dans la Ghouta orientale. Syrie, 22 févier 2018
Dans les décombres de la ville de Hamouria située dans la Ghouta orientale. Syrie, 22 févier 2018 Crédits : ABDULMONAM EASSA - AFP

Malgré une résolution de l’ONU adoptée –enfin- à l’unanimité samedi dernier, et qui réclame que « toutes les parties cessent les hostilités sans délai pour au moins 30 jours consécutifs en Syrie » ; malgré la trêve humanitaire annoncée par les Russes, tous les jours de 9h à 14h à partir de ce mardi dans la Ghouta orientale : les combats n’ont pas cessé aujourd’hui dans cette zone de la banlieue de Damas, connue pour avoir été le fief de l’opposition au régime de Bachar al-Assad. Raids aériens, tirs de roquette : pour les dizaines de milliers de civils qui y vivent, c’est « l’enfer sur terre » pour reprendre les termes du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

La guerre en Syrie va entrer dans sa huitième année. Et comme chaque année, à la même période, le constat est le même : celui d’une impasse, d’absence de solution politique, pas même militaire, y compris à long terme. Le conflit n’a pourtant plus grand-chose à voir avec ce qu’il était en 2011. Mais justement, avec le temps, il est devenu plus complexe et plus vaste, tant les acteurs qui sont impliqués aujourd’hui sont nombreux, et soumis à des agendas particuliers qui n’autorisent aucun espoir de règlement global. Bien au contraire. 

« Le pire est devant nous » disait, il y a une semaine, le ministre français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, devant les députés. 

« Syrie : le pire est devant nous ? »

Articles : 

Extraits : 

Pierre-Jean Luizard : « Historiquement, l’occupation étrangère a toujours correspondu à une communautarisation de la société syrienne. Aujourd’hui, tous les acteurs étrangers se rendent comptent que ça leur explose aux visages. »

Denis Bauchard : « Il y a un empilement de plusieurs conflits différents avec différents acteurs. Ceci ne va que s’aggraver avec l’entrée d’Israël qui commence à s’inquiéter sérieusement du développement de l’influence de l’Iran. »

Caroline Galacteros : « Ce qui serait souhaitable, c’est une convergence américano-russe sur un accord politique global. Mais ça voudrait dire que l’Iran s’efface et ça serait très compliqué dans le contexte mondial actuel. »

Intervenants
  • Docteure en science politique et colonel au sein de la réserve opérationnelle des Armées, directrice du cabinet d'intelligence stratégique Planeting, directrice du think tank Geopragma
  • directeur de recherche au CNRS, historien spécialiste du Moyen-Orient, en particulier de l'Irak, de la Syrie et du Liban
  • conseiller pour le Moyen-Orient à l’Institut français de relations internationales (IFRI), ancien diplomate, ancien directeur d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient au ministère des Affaires étrangères
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......