LE DIRECT
Le ministre de l'Education Nationale Jean-Michel Banquer en Janvier 2018

Un autre bac est-il souhaitable ?

39 min
À retrouver dans l'émission

La réforme du Baccalauréat est en marche. Présentée par le ministre de l’Education Nationale Jean-Michel Blanquer, elle comprend : 40% de contrôle continu, un grand oral, 4 matières majeures à l’écrit et surtout, la suppression des séries. En somme, une réorganisation en profondeur du lycée…

Le ministre de l'Education Nationale Jean-Michel Banquer en Janvier 2018
Le ministre de l'Education Nationale Jean-Michel Banquer en Janvier 2018 Crédits : Joel Saget - AFP

Ceci est un message aux élèves de troisième : le baccalauréat que vous obtiendrez peut-être (et au mieux) dans trois ans ne ressemblera que de loin à celui qui existe aujourd’hui. L’examen, qui fête cette année son 210e anniversaire, va subir un gros toilettage. Le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a fait connaitre ses arbitrages ce mercredi.

Dans le bac nouvelle formule, opérationnel en 2021, le contrôle continu sera pris en compte pour 40% de la note finale. Il n’y aura plus que quatre épreuves écrites : le français en classe de première, la philo en terminale, et deux autres épreuves dites de spécialité, en fonction du choix des élèves. Quatre écrits, et un grand oral, d’une vingtaine de minutes, qui consistera à présenter un projet travaillé pendant la scolarité. 

Ajoutez à cela la disparition des séries (S, L et ES) dans la filière générale et vous obtenez une épreuve profondément remaniée, dont les effets vont se faire sentir en amont et en aval, autrement dit dès le début du lycée, puis à l’entrée dans l’enseignement supérieur.

Avant même que la réforme soit connue en détail, plusieurs syndicats d’élèves et d’enseignants s’inquiétaient de ses effets, en particulier sur son caractère inéquitable, voire inégalitaire, les élèves les mieux dotés et les lycées les mieux côtés étant susceptibles d’être les plus favorisés.

"Un autre bac est-il souhaitable ? "

Liens :

Extraits :

Philippe Watrelot : « Penser que le contrôle continu sera créateur d’inégalités, c’est presque insultant pour les enseignants qui font leurs métier de manière très rigoureuse et déontologique. »

Clara Jaboulay : « Quand on voit que tous les établissements scolaires ne pourront pas offrir les mêmes d’enseignements à tout le monde, c’est totalement insatisfaisant. »

Jean-Marc Huart : « L’accompagnement qui est proposé aux lycéens permet d’affiner progressivement leur choix, de construire leurs projets progressivement, en se projetant dans l’enseignement supérieur. »

Intervenants
  • ancien inspecteur général de l’Education nationale, directeur général de l’enseignement scolaire
  • professeur de sciences économiques et sociales au lycée Jean-Baptiste Corot à Savigny-sur-Orge (Essonne), formateur à l’ESPE, École supérieure du professorat et de l'éducation, de Paris
  • présidente de l'UNL (Union Nationale Lycéenne)
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......