LE DIRECT

La Grèce est-elle condamnée à s'endetter?

44 min

Si le pays a pu ce jeudi rembourser les 3 milliards 400 millions d'euros qu'elle devait à la Banque centrale européenne, la dette est toujours au coeur d'une crise financière et politique à l'échelle de l'union européenne.

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/08/cfa3e39b-4717-11e5-9fe0-005056a87c89/838_rtx1ort8.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="Une dame utilisant un Eurobank à Athènes" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/08/cfa3e39b-4717-11e5-9fe0-005056a87c89/838_rtx1ort8.jpg" width="838" height="509"/>
Une dame utilisant un Eurobank à Athènes Crédits : Reuters
"Nous ne pouvons pas attendre cent ans que la Grèce rembourse sa dette". Et bien n'en déplaise à Robert Fico, il va pourtant falloir attendre quelques années. Le premier ministre slovaque qui donc, a fait part en ces termes de son impatience et de sa fermeté dans les pages du journal autrichien der standard. "Tant que je serai à la tête du gouvernement at-il dit, la Slovaquie n'annulera pas un centime de la dette grecque". Hélas si ça ne dépendait que de lui... Non, en fait, il faut aussi compter avec la plupart des pays de l'Eurogroupe, l'Allemagne en tête, mais aussi, avec la Troïka au complet, Banque centrale, européenne, le fond monétaire internationale, et Commission européenne... Des institutions qui, depuis 5 ans, ont suivi et entretenu les différents épisodes de la dette grecque.

Car en effet, si le pays a pu aujourd'hui même, rembourser les 3 milliards 400 millions d'euros qu'elle devait à la BCE, c'est à l'aide d'un troisième plan approuvé hier par les ministres des finances de la zone euro.

Des plans qui se succèdent et prolongent la problématique d'années en années. Emprunter aux créanciers qu'elle doit déjà rembourser. Et ce, en s'engageant à adopter toujours plus de mesures d'austérité, malgré le rejet massif du peuple grec, du plan proposé par la troika. Refus exprimé à 61,2% lors du référendum du 5 juillet dernier.

Cette dette grecque de 300 milliards d'euro, se double donc d'une crise politique qui trouvera peut-être une issue dans ces élections législatives anticipées, à la rentrée. Annonce attendue dans l'heure par le premier ministre Alexis Tsipras, qui va annoncer sa démission aujourd'hui.

Alors face au fadeau économique, politique et sociale d'une dette qualifiée d'insoutenable, la Grèce est-elle condamnée à s'endetter?

Athanase Contargyris
Athanase Contargyris Crédits : Radio France

Suivez-nous sur Twitter

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2014/02/913f3be2-8f19-11e3-af2e-782bcb73ed47/838_twitter.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="twitter" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2014/02/913f3be2-8f19-11e3-af2e-782bcb73ed47/838_twitter.jpg" width="838" height="315"/>
twitter Crédits : Radio France

Intervenants
  • Economiste français, co-fondateur du think tank européen Bruegel institut basé à Bruxelles, spécialiste de la régulation financière internationale, Chercheur invité au Peterson Institute for International Economics (Washington DC)
  • membre fondateur d'ATTAC et président de l'association démocratique des Français à l'étranger
  • docteure d’État en science politique et chargée de recherches au CNRS

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......