LE DIRECT

Le Mont Blanc doit-il sélectionner ses touristes ?

43 min
À retrouver dans l'émission

Le drame se passe à plus de 4 000 mètres d’altitude, juste en-dessous du Mont-Blanc… A Chamonix, toutes les jumelles sont braquées vers le ciel pour le suivre à chaque instant. Là haut, deux étudiants, l’un est Parisien, l’autre Bruxellois, ont tenté ce que les habitants de la vallée considèrent comme une folie : l’ascension, en plein hiver, par le glacier de la Brenva. Ils s’appellent Jean Vincendon et François Henry, ils ont 24 et 22 ans quand ils se lancent à la conquête du Mont Blanc, ce mois de décembre 1956, un défi dont ils finiront par mourir… A l’époque déjà les professionnels de la vallée ne comprennent pas, eux qui vivent la montagne au quotidien, s’adaptent à elle en permanence, et considèrent chaque risque dans le moindre détail.

Catherine Destivelle et Antoine de Baecque
Catherine Destivelle et Antoine de Baecque Crédits : FR - Radio France

« Le Mont-Blanc est affaire d’alpinistes » peut-on lire encore sur une brochure qui se décline en sept langues dans les stations de la chaîne des Alpes… Précaution qui n’aura pas dissuadé, cet été, quelques hurluberlus de n’en faire qu’à leur tête. Ainsi de cet Autrichien retrouvé en haut des cimes, son fiston de cinq ans à la main chaussé d’espadrilles… Cet Américain devenu star en filmant la coulée de neige qui a manqué d’emporter ses enfants. Ou encore ce Polonais priant les secours de bien vouloir le récupérer parce que la marche l’avait quelque peu fatigué.

Ces deux mois auront aussi connu leur part de drames, 20 accidents mortels depuis le début de l’été, d’alpinistes et de marcheurs dont certains étaient bien préparés. La montagne a toujours tué mais, pour certains élus il est temps de mettre un frein à la "consommation" du Mont-Blanc, le toit de l’Europe devenu parc d’attractions. Aujourd’hui ce sont 25 000 personnes qui chaque année tentent l’ascension, soit une moyenne de 300 à 400 par jour.

A qui appartient la montagne ? Peut-elle rester espace de liberté sans devenir une zone de non-droit ? Le Mont-Blanc doit-il sélectionner ses touristes ? C’est notre sujet du jour.

Et une interview d'Elodie Cousin avec Nicolas Lochu , guide de haute montagne, vice-président du syndicat national des guides de montagne.

Suivez-nous aussi sur:

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="twitter" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.jpg" width="300" height="111"/>
twitter

Intervenants
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......