LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Sud Soudan,  Membres du contingent Sud-Coréen, Hanbit unit, en opération,  base ville de Bor, Jonglei State, 06/07/2015.

L’ONU est-elle toujours en mesure d’imposer la paix ?

43 min

Notre sécurité ne s'arrête pas à nos frontières. Mais peut-on imposer la paix ? Comment la maintenir ? Quels enjeux pour l'ONU ?

Sud Soudan,  Membres du contingent Sud-Coréen, Hanbit unit, en opération,  base ville de Bor, Jonglei State, 06/07/2015.
Sud Soudan, Membres du contingent Sud-Coréen, Hanbit unit, en opération, base ville de Bor, Jonglei State, 06/07/2015. Crédits : YONHAP/POOL - Maxppp

« Le secrétaire général de l'ONU doit pouvoir dire non. »

C'est ce que dit Lakhdar Brahimi, l'ancien représentant spécial des Nations unies pour la Syrie. Non à une action de l'ONU dépourvue de moyens et d'hommes, dépourvue d'engagement politique de la part des Etats qui en sont membres. Ces paroles de Lakhdar Brahimi, on les entend dans le documentaire de Pierre-Olivier François, sortie l'année dernière. L'ONU, dernière station avant l'Enfer.

Un documentaire qui sillonne la frontière israélo-libanaise, la République démocratique du Congo, la Centrafrique avec cette question entre autres: Peut-on imposer la paix avec des forces militaires?

Peut-on imposer la paix tout court, et peut-on vraiment la maintenir, surtout aujourd'hui, dans un pays comme le Soudan du Sud, où plus de 50 000 personnes sont morte dans une guerre civile qui dure depuis 5 ans. Le huitième accord de paix signé l'année dernière n'a pas du tout réglé ce conflit.

La Minuss, mission de maintien de la paix de l'ONU au soudan du Sud, forte de 12 000 soldats doit peut être aujourd'hui voir arriver un nouveau contingent. Les négociations ont lieu en ce moment. Et tout l'enjeu de ce qui est en train de se passer, c'est celui de l'engagement des Etats impliqués dans cette mission. Une mobilisation parfois compliquée, déjà une bataille en elle-même dans les coulisses de l'ONU. Une organisation qui parfois peine à se faire entendre, et se voit souvent reprocher une action tardive, mal ou non coordonnée.

Pourquoi faire la paix, parce qu'aujourd'hui plus que jamais, notre sécurité ne s'arrête pas à nos frontières remarque un ancien haut fonctionnaire de l'ONU, ce qui implique, selon lui, des changements, des transformations à mettre en œuvre, mais lesquelles?

Alors l'ONU est-elle encore en mesure d'imposer la paix ?

avec Marc Lavergne, chercheur qui a collaboré au sein du Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient. Il travaille actuellement aux Etudes sur le monde arabe et méditerranéen (EMAM), à l'université de Tours.Il a publié "Des rebellions sans projet", Le magazine de l'Afrique, mars-avril 2015, p.8-9. Signalons plus récemment, le numéro du New African (n°50 juillet-août)  et dans le dossier spécial consacré à "L 'ONU en Afrique", il a publié l'article "A l'heure du bilan, entre colère et amertumes", pp 12-14.

Marc Lavergne à France Culture le 12 août 2016
Marc Lavergne à France Culture le 12 août 2016 Crédits : M. Moneghetti - Radio France

Pierre-Olivier François, journaliste et documentariste (en duplex depuis Bastia). Il a réalisé le documentaire, "Dernière station avant l'enfer" sur les missions de maintien de la paix des Nations Unies.

Guillaume Devin, chercheur à Sciences Po. Il a notamment publié Les Organisations internationales, Paris, Armand Colin, 2016 (2éme édition).

Bibliographie

Intervenants
  • Géopolitologue, directeur de recherche au CNRS
  • professeur des universités en sciences politiques à Sciences Po Paris, chercheur au CERI
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......