LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Marche Républicaine, 11 janvier 2015, Paris

Qu'est-ce que l'Histoire retiendra de nous ?

44 min

Nous vivons un temps, marqué par toutes les insécurités possibles, économiques, sociales, politiques, technologiques, écologiques, liés à la menace terroriste... Ce temps-là est-il vraiment celui d'une fin, d'une transition, d'une Renaissance ?

Marche Républicaine, 11 janvier 2015, Paris
Marche Républicaine, 11 janvier 2015, Paris Crédits : Pascal Otlinghaus - Maxppp

"Il faut étonner la catastrophe"

Injonction qui traverse les siècles depuis la plume de Victor Hugo dans les Misérables jusqu'à dernièrement la leçon inaugurale de l'historien Patrick Boucheron au Collège de France, leçon intitulée "Ce que peut l'Histoire".

La question s'est peut-être posée à d'autres époques que la nôtre, en tous cas elle se pose aujourd'hui, un moment de notre époque où les repères manquent et où il faut les construire. Car en effet, quelle image nous donne de notre monde les repères créés de l'actuelle parole politique, médiatique ?

La guerre, invisible, de religions, de civilisation, le chaos, la fin, l'obsolescence programmée. Autant de termes qui viennent marquer notre temps actuel d'un jalon final après quoi il n'y aurait que de l'incertitude, du vide. Et peut-être même rien. Mais l'avenir aussi a une histoire, comme nous le rappelle dans l'un de ses articles, l'historienne Ludivine Bantigny. L'humanité, écrit-elle, est maîtresse de sa propre action et cette immense responsabilité face à la tâche à accomplir peut certes plonger dans un vertige. Mais ce souci du monde et cette considération de l'avenir font aussi agir.

C'est aussi de cette optique que partent les écrits, les réflexions, à tendance révolutionnaire, ou du moins alternative. Le constat d'un manque d'avenir, qui va de pair avec un manque de présent. Le Comité invisible, qui a signé l'essai l'Insurrection qui vient , remarque qu'il "a fallu un demi-siècle de lutte autour des Lumières pour fondre la possibilité de la Révolution française". Alors une autre question se pose. Sommes-nous conscients, nous, en ce moment, du temps dans lequel nous vivons ? Ce temps marqué par toutes les insécurités possibles, économiques, sociales, politiques, technologiques, écologiques, liés à la menace terroriste... Ce temps-là est-il vraiment celui d'une fin, d'une transition, d'une Renaissance?

Est-ce ainsi que toutes les époques parlent de leur présent ?

Quels seront les mots, et les images qui parviendront de nous au générations et au monde à venir ? Qu'en feront-ils ?

Où en sommes-nous dans notre histoire ?

Autour d'Emilie Chaudet : 

- Bernard Stiegler, philosophe, directeur de l'Institut de recherche et d'innovation (IRI)

- Ludivine Bantigny, Maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Rouen, chercheuse au Centre d'histoire de Sciences Po (en duplex depuis Perpignan)

- Sarah Roubato, auteure de « Lettres à ma génération : moi, je n’irai pas en terrasse »

Bibliographie

Lettres à ma génération - Sarah Roubato - ed.Michel LAFON, 2016

Lettres à ma générationMichel Lafon, 2016

Intervenants
  • philosophe, directeur de l'Institut de recherche et d'innovation (1952-2020)
  • Maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Rouen, chercheuse au Centre d'histoire de Sciences Po, membre de la rédaction de Vingtième Siècle
  • chercheuse en trans-écriture
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......