LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
 Paris, le 12 juillet 2016 - Rassemblement devant la Maison de la Mutualité, contre le meeting "En Marche" d'Emmanuel Macron.

Qu'est-ce qui pourrait sauver la gauche ?

43 min

Après la série de défaites électorales pour les partis de la gauche française, le PS en tête, où en est l'état des forces dans un contexte de défiance du politique, quels projets et quelles stratégies ? Quelle unité possible ?

 Paris, le 12 juillet 2016 - Rassemblement devant la Maison de la Mutualité, contre le meeting "En Marche" d'Emmanuel Macron.
Paris, le 12 juillet 2016 - Rassemblement devant la Maison de la Mutualité, contre le meeting "En Marche" d'Emmanuel Macron. Crédits : Aurélien Morissard / IP3 - Maxppp

"La gauche a perdu la bataille des valeurs"

C'est une phrase qui commence le livre d'Emmanuel Maurel, ce député européen qui, il y a un an, lâchait en pleine université d'été du parti socialiste :"On n'a même plus de langue commune".

Aujourd'hui, ce qui fait l'actualité de ce parti socialiste c'est l'absence et le morcellement. Absence d'université d'été, et le morcellement des rendez-vous politique.

2017 : la gauche de l'entre soi , titrait hier le journaliste de Libération Lilian Alemagna. Article qui recense les 14 rassemblements, les rencontres et réunions qui ont lieu en cette fin de mois d'août, donnés par les représentants de la gauche.

Cette gauche qui peut mourir, tel que Manuel Valls le déclarait il y a deux ans, lors du conseil national. "Nous sentons bien que nous sommes arrivés au bout de quelque chose, au bout peut-être même d'un cycle historique pour notre parti, la gauche n'a jamais été aussi faible dans l'histoire de la Ve République". disait-il avec déjà cette envie d'en finir selon ses termes "avec cette gauche passéiste".

Se réclamer de ce courant, écrit l'historien Roger Martelli, dans le journal l'Humanité c'est la manière la plus large, en politique, de dire que l'on est du côté de l'égalité et de la liberté.

Mais de quelle gauche parlait Manuel Valls, ce premier ministre d'avant les attentats, d'avant l'état d'urgence?

De quelle gauche parle-t-on aujourd'hui, après quatre ans et demi d'une présidence socialiste, pour le moins mouvementée sur tous les plans, économiques, social, sécuritaire, et à 9 mois d’une élection présidentielle où les divisions multiples ouvrent grand le passage à l’extrême droite ? De quelle gauche parle-t-on encore devant tant d'impossibilité de se rassembler, d'un seul côté de l'échiquier politique ?

Qu'est ce qui pourrait la sauver cette gauche?

Autour d'Emilie Chaudet :

Roger Martelli, Laurent Bouvet, et Alain Bergounioux
Roger Martelli, Laurent Bouvet, et Alain Bergounioux Crédits : Chloé Leblond - Radio France

- Alain Bergounioux, Historien spécialiste du PS, professeur associé à Sciences Po

- Roger Martelli, historien du communisme,  Co-directeur de la revue Regards.

- Laurent Bouvet, professeur de science politique à l'Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Intervenants
  • Historien spécialiste du PS, professeur associé à Sciences PO
  • Historien du communisme, co-directeur de la revue Regards et ancien membre de la direction du Parti communiste français
  • Politologue.
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......