LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
 Demonstrators gather after marching at the Louisiana Capitol to protest the shooting of Alton Sterling.

Y a-t-il encore une question raciale aux Etats-Unis ?

45 min
À retrouver dans l'émission

"Le travail n’est pas fini, le voyage n’est pas terminé" est venu dire à la tribune le fils de Martin Luther King, en référence (entre autres) au jeune Trayvon Martin, tué le 26 février 2012 par un vigile finalement acquitté...

 Demonstrators gather after marching at the Louisiana Capitol to protest the shooting of Alton Sterling.
Demonstrators gather after marching at the Louisiana Capitol to protest the shooting of Alton Sterling. Crédits : Mark Wallheiser / Intermittent - Getty

« L'Amérique a délivré au peuple noir un chèque sans valeur; Un chèque qui est revenu avec la mention "Provisions insuffisantes". Nous ne pouvons croire qu'il n'y ait pas de quoi honorer ce chèque dans les vastes coffres de la chance en notre pays. Aussi sommes nous venus encaisser  ce chèque, un chèque qui nous fournira, sur simple présentation, les richesses de la liberté et la sécurité de la justice. »

Ainsi parlait Martin Luther King dont nous avons surtout retenu le rêve. Ce discours prononcé le 28 août 1963 et que des dizaines de milliers de personnes sont venues célébrer, samedi dernier à Washington…

C’était aussi l’occasion de réclamer une nouvelle fois ce fameux chèque. Des mesures en faveur de l’emploi, de la défense des droits de vote et de l’interdiction des armes.

« Le travail n’est pas fini, le voyage n’est pas terminé » est venu dire à la tribune le fils de Martin Luther King, en référence (entre autres) au jeune Trayvon Martin, tué l’année dernière par un vigile finalement acquitté…

A ceux qui se sont un peu vite réjouis de l’élection de Barack Obama comme du début d’une nouvelle ère, une ère « post-raciale » où la couleur de peau ne compterait plus… Répondent ceux qui savent qu’elle leur ferme chaque jour de nouvelles portes.

« Les seules personnes qui vivent dans un monde post-racial sont les quatre habitants de la Maison blanche » regrettait ce grand professeur noir d’Harvard, arrêté chez lui en 2009… par la police locale, mais surtout… par erreur.

Le président américain l’avait d’ailleurs soutenu mais du bout des lèvres… La meilleure manière de déconstruire les catégories raciales étant selon lui de ne pas en parler.

A quoi fait référence le terme de « race » aux Etats-Unis, est-il une bonne grille de lecture pour parler de la société américaine ?

Que doit-on aux mesures de discrimination positive, et que changerait leur disparition puisqu’elles sont de plus en plus contestées ?

L’Amérique a-t-elle encore des chèques en souffrance ?

Y a-t-il encore une question raciale aux Etats-Unis ? C’est le sujet du jour dans Du grain à moudre

Daniel Sabbagh, Sylvie Laurent et Pap N'Diaye
Daniel Sabbagh, Sylvie Laurent et Pap N'Diaye Crédits : Matthieu Le Goff - Radio France
Intervenants
  • Historien, spécialiste de l'histoire des États-Unis
  • directeur de recherche à Sciences Po, au Centre d'études et de recherches internationales, auteur du livre L'Egalité par le droit: les paradoxes de la discrimination positive aux Etats-Unis (Economica, 2003)
  • américaniste, professeur à Harvard, Stanford et Sciences Po.
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......