LE DIRECT

Crimée: une onde de choc mondiale?

39 min
À retrouver dans l'émission

On le croyait moribond : voilà que le G7 refait parler de lui. Ce soir, à la Haye aux Pays-Bas, en marge du sommet international sur la sûreté nucléaire, le club des pays les plus industrialisés (à avoir les Etats-Unis, le Canada, le Japon, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la France et l’Italie) ce club va reprendre vie, comme au bon vieux temps…autrement dit comme avant 1998, lorsque la Russie n’en faisait pas encore partie. De nouvelles sanctions contre Moscou pourraient être prises.

Voilà une des conséquences de la crise ukrainienne, née du refus de l’ancien gouvernement à Kiev de signer, comme prévu, un accord d’association avec l’Union européenne. Depuis, le pouvoir a changé en Ukraine, la Russie a envoyé ses troupes en Crimée, laquelle est redevenue russe à l’issue d’un référendum sans le moindre égard pour la légalité internationale. La suite ? Personne ne la connaît mais beaucoup la craignent.

La Crimée n’est-elle qu’une étape dans la stratégie de reconquête menée par Vladimir Poutine ? Les troupes russes stationnées aux frontières de l’Ukraine ont-elles vocation à investir d’autres territoires ? La Moldavie et la Géorgie, elles aussi engagées dans un partenariat avec l’Europe, doivent-elles craindre de subir un sort identique ?

Bertrand Badie et François Géré
Bertrand Badie et François Géré Crédits : JCF - Radio France

Et cette crainte justifie-t-elle qu’en retour, les pays de l’OTAN s’engagent dans une démonstration de force militaire ? Ce qui est certain, c’est qu’une certaine idée des nouveaux équilibres mondiaux, née de l’après guerre froide, est –sinon morte-, en tout cas mise en sommeil. Comme l’écrit le Wall Street Journal, les hommes du XIXe siècle sont de retour.

« Crimée : une onde de choc mondiale ? »

C’est notre sujet du jour.

L'Europe pourra-t-elle se tourner vers les américains pour son approvisionnement en gaz et réduire ainsi sa dépendance aux russes ? C'est la question que Mélanie Chalandon a posé à Maïté de Boncourt , chercheur à l'IFRI :

Écouter
1 min
Maïté De Boncourt

Suivez-nous aussi sur :

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="twitter" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.jpg" width="300" height="111"/>
twitter

Intervenants
  • professeur des universités à Science Po Paris et enseignant-chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI).
  • Historien, spécialiste en géostratégie, président fondateur de l’Institut français d’analyse stratégique (IFAS)
  • politologue américain, professeur à l’Université Old Dominion de Norfolk en Virginie
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......