LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

De quoi l'Europe est-elle le centre ?

40 min
À retrouver dans l'émission

Kolakowski s'est souvent amusé de ce paradoxe : les partisans de la tolérance ne sauraient en pousser leur principe jusqu'au relativisme intégral. Sinon, ils devraient admettre que l'intolérance n'est pas supérieure à la tolérance elle-même. Ou encore, dans ses propres termes : le relativisme culturel « se contredit si sa générosité va jusqu'à ignorer les différences entre universalisme et exclusivisme, tolérance et intolérance, lui-même et la barbarie ; et il se contredit lui-même si, dans l'idée d'éviter la tentation d'être barbare, il concède aux autres un droit à la barbarie. » Bref, toutes les cultures se valent... sauf celles qui nient la réalité de cette égalité, qui sont moins égales que les autres. A partir de Kolakowski, et dans un cheminement qui emprunte, chemin faisant à Castoriadis, Octavio Paz, et à Lévinas, Jacques Dewitte revient sur cette étrange capacité de réflexivité, de distance critique envers leur propre coutume, d'ouverture à celle des autres, qu'ont en propre les Européens depuis le Grec Hérodote jusqu'à Claude Lévi-Strauss. Il le fait pour nous mettre en garde envers ce qu'il juge être un excès de l'esprit critique. Pour Dewitte, la capacité de haine de soi, très particulière à l'esprit européen, aurait eu récemment tendance à saper les fondements mêmes de cette disposition particulière à l'ouverture, en niant que puisse exister un horizon d'intelligibilité apte à comprendre et à évaluer toutes les cultures humaines. Voyons comment Castoriadis définissait la spécificité de l'universalisme européen, en l'opposant à celui des grandes religions monothéistes. « Le bouddhisme, le christianisme, l'islam, sont « universalistes », puisque leur appel s'adresse, en principe, à tous les humains, qui ont tous le même droit (et le même devoir) de s'y convertir. Cette conversion présuppose un acte de foi - et entraîne l'adhésion à un monde de significations, de normes et de valeurs spécifiques et clos. Le propre de l'histoire gréco-occidentale est la rupture de cette clôture, la mise en question des significations, des institutions, des représentations établies par la tribu. Et elle donne un tout autre contenu à l'universalisme. Cette rupture va de pair, en effet, avec le projet d'autonomie sociale et individuelle. [...] Pour que les autres - islamistes, hindouistes, que sais-je ? - acceptent l'universalisme - avec le contenu que l'Occident a tenté de donner à cette idée -, il faudrait qu'ils sortent de leur clôture religieuse, de leur magma de significations imaginaires. Jusqu'ici, ils ne le font que très peu - et c'est chez eux, par excellence, que le pseudo-marxisme ou le tiers-mondisme ont été un substitut de la religion. » (Cornélius Castoriadis : le délabrement de l'Occident, in « La montée de l'insignifiance », Editions du Seuil, 1996, p. 58-59) Au moment où paraît le livre de Jacques Dewitte, les éditions Paragon ont la bonne idée de publier une éditions remaniée et mise à jour, du fameux travail consacré, il y a près de vingt ans, par Samir Amin, à la critique de l'eurocentrisme. Pour le fameux économiste néo-marxiste, la « culture », telle que croient la définir les théoriciens de la supériorité européenne depuis Max Weber, est une invention. La modernité occidentale doit son essor à la mise en cause critique des traditions européennes et non à leur héritage. En outre, la manie occidentale contemporaine d'enfermer le développement historique dans des catégories culturelles témoigne, à ses yeux, de la « sénilité » de cette formation historique. Nous vous proposons donc un débat entre ces deux penseurs de l'originalité européenne.

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......