LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Des images formatées ? Fictions et documentaires dans le nouveau paysage audiovisuel.

40 min
À retrouver dans l'émission

Notre avenir : des écrans plats comme des trottoirs ? On croyait pourtant qu'il fallait s'en féliciter : la France disposait d'un ingénieux système de financement du cinéma par la télévision. Mais voilà que des voix, et non des moindres, s'élèvent et portent la critique au sein même de cette originalité française : certes, ce système a permis au cinéma de survivre - on a assisté de l'autre côté des Alpes à sa quasi-disparition - mais cette survie se serait payé au prix fort : celui de son complet formatage. La production est mirobolante, plus de 200 films par an, mais au sein de cette richesse combien de vrais films de cinéma ? combien de film d'auteurs ? Combien de signatures ? Bien peu finalement. Ce qui fait écrire à pascal mérigeau que nous sommes tous victimes et complices « complices de la disparition progressive du cinéma au profit de son simulacre, victimes d'une grande entreprise de décervelage si bien engagée que la désigner passe déjà pour une obscénité. » C'est pourtant ce qu'a osé faire la cinéaste Pascal Ferran lors de la cérémonie des Oscars quand elle a dénoncé le système actuel qui ( je cite) trahit l'héritage des plus grands cinéastes qui ont fondé la richesse de notre cinéma. Ce nouveau système qui défait maille après maille le goût des spectateurs, jusqu'ici les plus cinéphiles du monde, en tirant vers le bas le goût du public. Malheureusement, du côté du documentaire, pas de meilleures nouvelles. Le réseau des organisations du documentaire dénonçait le mois dernier une emprise de la télévision tout aussi forte. Quelle que soit sa qualité, tout reportage tend à être consacré « documentaire » et les vraies oeuvres, elles, seraient sommées de se soumettre à des voix off redondantes, à des procédures de simplification et à une écriture de plus en plus standardisée. Un même ennemi, finalement, rassemble les cinéastes et les documentaristes : l'audimat, ou plus exactement les annonceurs. Reste à savoir si nous sommes vraiment au bord du gouffre ou s'il s'agit d'une nouvelle version d'un discours du « tout fout le camp » bien connu des milieux culturels.

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......