LE DIRECT

Elections : que reste-t-il à expérimenter ?

39 min
À retrouver dans l'émission

Suivez-nous aussi sur :

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="twitter" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.jpg" width="300" height="111"/>
twitter

Quel que soit le lauréat (ou la lauréate) qui sortira des urnes le 6 mai, on peut, sans prendre trop de risques, assurer que le nouveau Président se présentera, au moment de la proclamation solennelle de sa victoire, comme celui de « tous les Français ». Une obligation liée à la fonction, mais pas vraiment le reflet de la réalité, dans la mesure où ce n’est pas forcément le candidat le plus consensuel qui aura fini par l’emporter.

Loïc Blondiaux, Antoinette BAUJARD, Charles Girard
Loïc Blondiaux, Antoinette BAUJARD, Charles Girard Crédits : Mélodie Lucchesi - Radio France

C’est ce que tendent à prouver une série d’expérimentations menées lors du précédent scrutin, et renouvelées cette année : de nouvelles façons de voter, par exemple en notant les candidats, en les classant… A chaque fois, les résultats en sont modifiés : preuve, s’il en fallait, que le mode de scrutin est tout, sauf neutre. Ces expérimentations ont un autre intérêt : elles permettent de réfléchir à l’état de notre démocratie, à ce qu’il faudrait faire pour que celle-ci soit davantage représentative de la volonté des citoyens. Cette réflexion existe au demeurant, à travers les revendications en faveur de la reconnaissance du vote blanc, du recours simplifié au référendum, mais aussi du droit de vote des étrangers ou encore de l’abaissement de l’âge à partir duquel on peut voter.

A quelques heures du 1er tour de l’élection présidentielle, nous avons donc choisi ce soir de nous interroger sur ce qui pourrait bien être une crise de la représentation, et de voir comment y remédier.

Elections : que reste-t-il à expérimenter ?

Et le contrepoint de Julie Gacon:

Dans Politique , Aristote présente ainsi les mesures qu'il estime démocratiques: "Que tous choisissent les magistratures parmi tous, que tous soient magistrats de chacun et chacun à tour de rôle de tous, que les magistratures soient tirées au sort, ou bien toutes, ou bien celles qui ne demandent ni expérience ni compétence ". Le tirage au sort: élément majeur de la démocratie athénienne aux Ve et IVe siècles avant notre ère. La moitié de la Constitution athénienne est consacrée à préciser quelles sont les charges réparties par tirage au sort au sein du régime, comme l'explique Paul Demont , professeur de langue et littérature grecques à la Sorbonne.

Écouter
2 min
Tirage au sort

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2011/10/21304270-f326-11e0-b8ee-842b2b72cd1d/838_logo-ina-officiel.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="ina.fr" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2011/10/21304270-f326-11e0-b8ee-842b2b72cd1d/838_logo-ina-officiel.jpg" width="318" height="148"/>
ina.fr Crédits : Radio France
Retrouvez dans chaque émission "l'Archive du jour" avec notre partenaire.

Intervenants
  • économiste
  • Maître de conférences à la Faculté de philosophie de l'Université Jean Moulin Lyon 3 et membre de l’Institut de Recherches Philosophiques de Lyon
  • professeur de sciences politiques à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, spécialiste des questions de démocratie et de participation citoyenne, membre du comité de gouvernance de la convention citoyenne pour le climat.
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......