LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

En hommage à Claude Lévi-Strauss : Lévi Strauss à l'origine de la querelle de l'art contemporain ?

40 min
À retrouver dans l'émission

Rediffusion de l'émission du vendredi 28 novembre 2008, enregistrée en public au Musée du Quai Branly, à l'occasion du Centenaire de Lévi-Strauss. Il serait terriblement réducteur d'interpréter le rapport de Claude Lévi-Strauss aux arts plastiques sous l'angle purement biographique. Le fait que son père ait été peintre a sans doute compté dans la formation initiale du grand ethnologue. Que ce père, portraitiste, ait été ruiné par la montée en puissance de la photographie peut avoir joué un rôle dans le regard qu'il portait sur l'art de son temps. Mentionnons aussi le fait que, sur le bateau qui le menait vers New York et la liberté, en 1941, il retrouvait André Breton. Cela expliquerait en partie le goût que Claude Lévi-Strauss n'a cessé de manifester pour les surréalistes. Qu'il se soit révélé lui-même un excellent dessinateur, aux dires de ceux qui ont eu le privilège de voir ses croquis de parures n'est guère plus révélateur pour notre sujet. Mais autrement plus significatif apparaît le fait que, dans ses fameux Entretiens avec Georges Charbonnier, le même Claude Lévi-Strauss ait envisagé la possible disparition de la figure de l'artiste dans les sociétés modernes. Ou encore ce reproche, adressé, au cours des mêmes entretiens, aux artistes européens, d'avoir succombé, à partir du cubisme, à ce qu'il appelait « l'académisme du signifiant ». Plus tard, dans son fameux article sur « le métier perdu », publié par la revue Le Débat dans son n° 10, de 1981, éclatait son hostilité envers l'art contemporain. Claude Lévi-Strauss y écrivait : « Les impressionnistes avaient encore appris à peindre, même s'ils faisaient ce qu'ils pouvaient pour l'oublier, sans y parvenir, Dieu merci, mais en réussissant à persuader une nuée d'épigones que le savoir était inutile, qu'il suffisait de lâcher la bride à la spontanéité et, selon une formule qui eut une célébrité désastreuse, de « peindre comme l'oiseau chante ». La « querelle de l'art contemporain » devait éclater une décennie plus tard. Quel rôle y aura joué Claude Lévi-Strauss, dont on n'oubliera pas que les tout derniers écrits publiés, « Regarder écouter lire » portent précisément sur l'art ?

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......