LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Environnement : enfin de bonnes nouvelles ?

40 min
À retrouver dans l'émission

Les cleantech peuvent-elles réconcilier la croissance et l'écologie ? Face au changement climatique, dont les responsabilités proprement humaines ne sont contestées que par une minorité de scientifiques, la réponse la plus souvent entendue, ces trente dernières années, a été celle du film « l'Année Zéro » : « on arrête tout, on réfléchit et c'est pas triste ». Bref, la décroissance. Mais essayez donc de vendre l'idée de « s'asseoir pour réfléchir » aux Chinois et aux Indiens ! Vous risquez fort de déclencher chez eux le fameux sourire asiatique... Cette année encore, leur taux de croissance tournera autour de 10 % - cinq fois le nôtre. Et ils se félicitent de voir une part croissante de leur population accéder à cette société de consommation que nous connaissons depuis les années 60 ! Même sous nos climats européens, réputés plus écolo-vertueux, les prophètes de la décroissance ne semblent pas rallier de forts contingents d'électeurs si l'on en croit le score piteux de José Bové... Une autre idée est en train d'émerger : le progrès technologique, les mécanismes du marché, mis au service de la croissance durable, peuvent se révéler la solution aux maux qui nous gâchent la planète. Il ne faut pas faire machine arrière, mais profiter des hautes technologies propres pour obtenir une croissance durable. Les « cleantech », ou technologies propres, sont devenues, ces derniers mois aux Etats-Unis, une mode, un must. Le plus grand et le plus moderne des Etats-Unis, la Californie, en a fait une espèce de religion. Dans un dossier consacré par Le Monde 2 à « la révolution écologique aux Etats-Unis », Frédéric Joignot écrit que le gouverneur Schwarzeneger s'est fixé l'objectif d'équiper un million de maisons de capteurs solaires d'ici 2017. En Californie, on estime que les bâtiments qui ne seront pas équipée pour l'énergie solaire et la pollution zéro seront devenus invendables sur le marché d'ici 20 ans. L'industrie automobile américaine s'est largement convertie aux moteurs hybrides, mi-électricité, mi-essence. Certains économistes estiment que la révolution des cleantech pourrait créer autant d'emplois que celle de l'information et de la communication, au cours des années 1990-2000. Le seul marché des énergies propres représentait déjà un chiffre d'affaires de 55 Milliards de dollars en 2006 et les économistes cités par Joignot s'attendent à ce qu'il quadruple au cours des dix prochaines années, pour atteindre les 220 milliards dés 2016. Le magazine Fortune titre « Green is good » et prédit que l'idée de « verdir le monde des affaires est en train de devenir majoritaire ». Dans son numéro de cette semaine, le magazine de l'élite européenne, The Economist, consacre un dossier de 15 pages au « business vert ». Enjeux-Les Echos du mois dernier l'avait précédé, qui écrivait que le rapport Stern avait raison de vouloir « mobiliser les volontés autour de 'grands travaux verts', créateurs d'activité et d'emplois ». Ce magazine prophétise que l'après-pétrole ne sera pas un retour à l'avant-pétrole, mais un saut en avant technologique.

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......