LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Et du côté des sciences, que nous dit-on de la différence homme-femme ?

40 min
À retrouver dans l'émission

Les hommes sont-ils faits pour dominer ? Et si les hommes étaient plus doués pour la compétition ? Ce n'est pas parce que la question nous paraît choquante qu'elle pour autant illégitime. Dans le cadre de la science (qui n'est pas celui de la politique, je souligne bien), aucune question n'est en soi illégitime et Olivier Postel-Vinay que nous recevons aujourd'hui rappelle qu'il faut en ce domaine s'abstraire des idéologies. Car avec ses gros muscles, sa taille plus élevée (nous ne parlons toujours pas de politique), et ses tempéraments agressifs, le mâle de l'espèce humaine ne présente-t-il pas un certain nombre de caractéristiques proches de celles de ses cousins les singes ? D'un côté l'action, la hiérarchie, le culte de la performance, de l'autre, côté féminin, l'empathie, la volubilité, et l'intuition. Que nous disent les disciplines scientifiques de ces oppositions, de ces déterminations qui nous semblent caricaturales mais occupent toujours les discours ? Le mâle est-il fabriqué pour dominer ? La femelle, a contrario, a-t-elle été sélectionnée pour sa soumission ? On sait qu'il existe des différences d'aptitude cognitive entre les sexes : faut-il les attribuer à l'évolution ou à la culture ? Peuvent-elles découler d'une spécialisation ancestrale des tâches, du type l'homme chasseur qui devait savoir viser pendant que la femme confectionnait des vêtements et parlaient aux enfants ? Ou faut-il se garder d'interpréter ces différences qui ne sont pas assez spectaculaires pour être signifiantes ? Olivier Postel-Vinay défend l'idée que, dans le cadre du combat contre le réductionnisme biologique, nous sommes peut-être allés trop loin dans le primat du culturel. Après tout il n'existe pas de sociétés qui n'aient pas été marquées par la domination masculine : peut-être est-elle inscrite dans nos gènes ? Attention, la cause des femmes n'est pas perdue pour autant.

Intervenants
  • philosophe et historienne des sciences, directeur d'études à l'EHESS
  • neurobiologiste, co-responsable du groupe "Genre et recherche en santé " du comité d'éthique de l'Inserm
  • Directeur de la rédaction et de la publication du magazine Books
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......