LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Faut-il dépoussiérer le Code du Travail ?

39 min
À retrouver dans l'émission

Suivez-nous aussi sur :

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="twitter" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.jpg" width="300" height="111"/>
twitter

Ce sera un test, non pas électoral, mais social pour le gouvernement de Mariano Rajoy. Jeudi prochain, les Espagnols sont appelés à une grève générale pour contester la réforme du marché du travail imaginée par le nouvel exécutif. Réforme qui vise à faciliter les licenciements et à réduire leur coût d’une part, pour faciliter les embauches d’autre part.

L’Espagne n’est pas seule à s’engager sur ce terrain de la remise en cause de son Code du travail. En Italie, le gouvernement de Mario Monti veut supprimer l’article qui limite les licenciements dans les entreprises de plus de 15 salariés.

Au Portugal, c’est la durée du temps de travail qui est indirectement remise en cause via la suppression de 4 jours fériés et de 3 jours de congés payés.

Pourquoi de telles entorses ? Et pourquoi maintenant ?

La réponse est assez simple : la crise, qui touche notamment l’Europe du sud. Les arguments avancés, eux, sont plus discutables : un droit du travail trop rigide, parce que trop protecteur, serait un frein à l’embauche, les chefs d’entreprise hésitant à augmenter leur masse salariale, de peur de ne plus pouvoir la réduire si la conjoncture les y oblige.

En France, nous n’en sommes pas encore tout à fait là, encore que. Depuis mi-février, les partenaires sociaux discutent, à la demande du gouvernement, de la mise en place d’accords compétitivité-emplois. Le principe : permettre aux entreprises de modifier l’organisation du travail en fonction de la conjoncture, sans que ces modifications puissent être contestées par les salariés.

Est-ce à dire que désormais, le code du travail est avant tout considéré comme une entrave à la bonne marche de l’économie ? Faut-il le dépoussiérer, ou au contraire le renforcer ?

grain 26.03.12
grain 26.03.12 Crédits : Radio France

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2011/10/21304270-f326-11e0-b8ee-842b2b72cd1d/838_logo-ina-officiel.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="ina.fr" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2011/10/21304270-f326-11e0-b8ee-842b2b72cd1d/838_logo-ina-officiel.jpg" width="318" height="148"/>
ina.fr Crédits : Radio France
Retrouvez dans chaque émission "l'Archive du jour" avec notre partenaire.

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......