LE DIRECT

Faut -il faire redoubler vos enfants ?

40 min
À retrouver dans l'émission

Pas facile pour une équipe enseignante, en ces temps de fin d'année, de prendre la décision de faire redoubler un élève. Pas facile non plus pour le ministère de savoir quoi penser du redoublement : alors que François Fillon ministre de l'Education avait remis à l'ordre du jour le redoublement en 2004, le Ministre actuel Xavier Darcos, aujourd'hui sous les ordres du premier, n'en veut plus. La politique française en la matière est des plus erratiques. C'est que plus les années passent, plus les études concluant à l'inefficacité du redoublement s'accumulent. Inefficace et extrêmement couteuse, cette option pourtant bien ancrée dans la pratique des enseignants est affublée de tous les défauts. Supprimer totalement le redoublement permettrait d'économiser un milliard d'euros, assurent certains experts, l'équivalent de 25 000 postes d'enseignants. En Finlande, personne ne redouble et le pays est pourtant toujours cité pour les performances scolaires de ses élèves, bien supérieures à celles des petits Français. Individuellement aussi, il n'est pas certain que le maintien dans le même niveau soit toujours profitable. Non seulement, il ajoute au doute qui nourrissent ces élèves sur leurs capacités, mais, de surcroît, il a des conséquences sur leur future carrière professionnelle. Une étude récente et originale, de trois économistes, met en lumière une corrélation entre le retard scolaire et une moindre rémunération à l'entrée sur le marché du travail - 9% (tout de même) en moins, en moyenne. Un petit ratage qui n'est donc pas si anodin. Mais dans l'hypothèse d'une disparition totale du redoublement, que fera-t-on des élèves qui ont de profondes lacunes ? Sans compter que le passage dans la classe supérieure ainsi conditionnée à des résultats et un comportement satisfaisants, donne aux enseignants un moyen de rétorsion, ou au mieux un aiguillon pour remettre l'élève au travail. François Fillon avait d'ailleurs avec une certaine lucidité rabattu la question du redoublement sur celle de l'autorité des professeurs. On voit donc que la suppression du redoublement ne peut avoir lieu sans ébranler la culture scolaire française, ses objectifs autant que ses méthodes d'enseignement. L'argument financier de la Cour des Comptes qui préconise un taux de redoublement moyen de 2% n'aura pas raison aussi facilement des réticences.

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......