LE DIRECT

Flambée des prix agricoles : qui est responsable ?

40 min
À retrouver dans l'émission

On parle beaucoup au Journaux Télévisés du pétrole à 130 dollars le baril. On en parle parce qu'il provoque la colère des marins-pêcheurs et des transporteurs routiers. Mais qui, ici, manifeste contre le riz à 1.000 dollars la tonne ? Contre les hausses des prix des céréales, qui ont doublé en un an, ce qui ne manquera pas d'entraîner à brefs délais une flambée des cours de la viande, puisque le bétail est nourri de grains. Car la hausse des prix agricoles n'est pas conjoncturelle. Elle s'inscrit dans une tendance de fond. Selon la FAO, les cours du beurre et des oléagineux vont augmenter de 60% d'ici à 2017, ceux des huiles végétales, de 80 %. C'est en Afrique qu'ont eu lieu les premières émeutes de la faim. Pourtant, chez nous, en Europe, le spleen du pouvoir d'achat tient largement à la part croissante des prix de l'alimentation et de l'énergie dans le budget des ménages. Il faudrait, nous dit-on, consommer cinq fruits ou légumes chaque jour pour éloigner la menace du diabète et du cancer. Mais rares sont dorénavant les familles françaises à pouvoir s'offrir régulièrement le luxe des fraises, des cerises, ou des kiwis. Comment se fait-il que, comme l'a constaté en personne le Premier ministre, les prix des mêmes produits varient de 5 à 30 % selon qu'ils sont proposés à la vente en France ou en Allemagne ? Alors qui est responsable ? Les spéculateurs qui fuient les valeurs boursières mitées par la crise des subprimes et pensent avoir trouvé dans les cours des matières premières alimentaires de nouvelles opportunités haussières ? Les nouvelles classes moyennes des pays émergents, Chine et Inde en particulier, qui entendent bénéficier dorénavant du même type de consommation alimentaire que les riches pays du Nord ? Le changement climatique, avec la multiplication des cyclones, des sécheresses et des coulées de boue, à l'origine du phénomène de mauvaises récoltes que le monde subit depuis trois ans ? Les prix du pétrole, qui, d'un côté, renchérissent celui des engrais et, de l'autre, provoquent un détournement massif des productions agricoles vers les agrocarburants ? L'explosion démographique dans les pays du Sud, qui va faire progresser de trois milliards en un demi-siècle le nombre de bouches à nourrir ? L'urbanisation galopante et l'étalement urbain, qui grignotent inexorablement les terres cultivées ? Les grandes surfaces qui auraient passé entre elles des ententes pour se garantir des prix élevés ? La PAC ? La FAO ? On voit à cette énumération que les candidats au rôle de coupable de la hausse des prix sont plus nombreux que dans un roman policier d'Agatha Christie

Intervenants
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......