LE DIRECT

Handicapés: Faut -il à tout prix une scolarisation ordinaire?

40 min
À retrouver dans l'émission

Depuis le 11 février 2005 la loi est sans ambiguité : « tout enfant ou adolescent présentant un handicap est inscrit dans l'école la plus proche de son domicile. Une petite révolution, qui implique que l'Etat, via l'Education Nationale devient responsable.Il doit garantir à chaque enfant (âgés de 6 à 16 ans) une véritable scolarisation, en priorité dans une classe ordinaire, avec des camarades de son âge. D'ailleurs les progrès en la matière sont spectaculaires. L'an dernier plus de 100 00 élèves handicapés (aussi bien mentaux que physiques) ont ainsi été intégrés de la maternelle au lycée. Ce chiffre a doublé depuis l'an 2000.Ce qui signigie que sept handicapés sur 10 qui vont à l'école partagent aujourd'hui les mêmes bancs que leurs camarades bien portants. Parallèlement l'Etat organise aussi une scolarisation dite« collective ». Dans des établissements ordinaires mais au sein de classes dédiées aux seuls élèves déficients, qui peuvent parfois rejoindre leurs copains pour certaines activités bien précises. Ce mode de scolarisation touche 47 000 élèves, très majoritairement en primaire. Cette proportion est en baisse, ce qui est logique puisqu'on pousse à une intégration individuelle dans des classes classiques. Mais en dépit de réelles avancées statistiques, la situation est encore loin d'être parfaite. Des centaines d'établissements sont toujours inaccessibles aux handicapés physiques : pas de de rampes d'accès, pas d'ascenseurs, des bancs trop étroits .Et au-delà de ces questions matérielles, on manque surtout cruellement de moyens humains. Malgré un effort réel consenti par l'Education nationale, les personnes chargées d'accompagner les enfants handicapés sont à la fois en nombre insuffisant, et mal formées. Ces Auxilliairse de Vie Scolaire ou AVS, comme on les appelle dans le jargon dont la Rue de Grennelle a le secret , doivent se contenter d'un statut précaire. Ils sont recrutés en CDD, payés sur la base du Smic, ils n'ont besoin d'aucun diplôme universitaire pour postuler et se voient proposer au mieux 60 heures de formation sur 3 ans. En cette rentrée, Xavier Darcos, le nouveau Ministre, a promis de recruter 2 700 AVS supplémentaires. Voilà qui portera leur nombre à un peu plus de 9000. Une goutte d'eau quand on se souvient que 100 000 enfants et ados handicapés sont scolarisés. Idem en ce qui concerne les enseignants référents,ces interlocuteurs privilégiés des parents. Certains n'ont pas de formation spécifique, et ils doivent suivre chacun entre 150 et 400 dossiers. Autant dire mission impossible. La France a d'ailleurs été condamnée en 2003 par le Comité Européen des Droits Sociaux, qui dépend du Conseil de l'Europe, pour avoir scolarisé de façon « extrêment faible » les enfants autistes. « Il faut », affirme ainsi le Comité du Conseil d'Europe: « dans une société démocratique, non seulement percevoir la diversité humaine de manière positive, mais aussi réagir de façon appropriée afin de garantir une égalité réelle et efficace ». Quelle égalité, justement, voulons-nous pour ces jeunes handicapés ? La « scolarisation » en milieu ordinaire, décrétée par la Loi comme un droit est-elle bien adaptée à tous les déficients ? D'évidence non. Il y aura toujours des enfants atteints de troubles mentaux ou du comportement, cumulés parfois avec d'autres incapacités, qui ne pourront jamais intégrer une école, un collège ou un lycée classique. Ainsi 76 000 d'entre-eux sont acceuillis, chaque année, dans ce qu'on nomme des Etablissements médicaux-éducatifs, dépendant cette fois du Ministère de la Santé. Et si dans ces structures, la rééducation est bien prise en compte, la pédagogie est parfois oubliée. Pire, ces insitutions, pourtant indispensables, seraient menacées d'asphyxie financière.

L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......