LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Jusqu'où ira la fronde à droite ?

40 min
À retrouver dans l'émission

Le président de la République n'assiste pas, cette année, au Congrès des Maires de France. C'est François Fillon, qui s'est qualifié lui-même « d'inénervable » premier ministre, qui a été missionné pour tenter de calmer une fronde des élus qui ne désarme pas. Nos élus ont toute sorte de raisons de manifester leur mécontentement. Le nombre des conseillers régionaux et généraux va passer de 6 000 à 3 000. Ils sont régulièrement accusés, par le gouvernement, de faire s'envoler le niveau des prélèvements obligatoires. Mais surtout, ils sont inquiets de voir disparaître la taxe professionnelle, qui constitue une part importante des recettes des collectivités locales. Le produit de cet impôt sera-t-il entièrement compensé par les nouvelles ressources mises à leur service ? Cette fronde des élus est le symptome d'un climat politique qui se dégrade, entre les élus de droite et l'exécutif censé émaner de leurs rangs. Cela a commencé avec la tribune signée par l'ancien premier ministre Jean-Pierre Raffarin dans le JDD, avec 23 sénateurs de l'UMP, annonçant qu'ils « ne voteraient pas la suppression de la taxe professionnelle en l'état ». Quelques jours plus tard, une autre tribune, publiée cette fois par Le Monde, et signée par 63 députés de la majorité, exigeait un « emprunt XXL » de l'ordre de 50 à 100 milliards d'euros, alors que la commission ad hoc, présidée par Michel Rocard et Alain Juppé, préconise, elle, un montant de 35 milliards. Problème : le conseiller spécial de l'Elysée, Henri Guaino fait savoir qu'il est en phase avec la pétition des XXL, et non avec les deux anciens premiers ministres. Les élus de droite, quelque peu perturbés par l'attribution du ministère de la Culture à Frédéric Mitterrand, assistent, atterrés, au spectacle des divergences entre membres du gouvernement et dirigeants de la majorité. Ce sont Mesdames Rama Yade, d'une part, Roselyne Bachelot et Nadine Morano, de l'autre, qui s'opposent à propos des exemptions de cotisations sociales des sportifs professionnels les mieux payés. C'est la guerre d'escarmouche entre Xavier Bertrand, patron de l'UMP et Jean-François Copé, qui préside le groupe UMP de l'Assemblée Nationale. C'est Patrick Devedjan qui ironise sur la signature d'un protocole d'accord entre le PC chinois et Xavier Bertrand au nom de l'UMP. Oui, décidément, le premier ministre a intérêt à avoir les nerfs solides... Mais quelle est la réalité de son pouvoir ? Théoriquement, les institutions de la V° République font de lui le chef de la majorité parlementaire. Exerce-t-il réellement cette fonction, dans la mesure où il semble désormais revenir à un collaborateur du chef de l'Etat, Claude Guéant, de se prononcer sur son maintien ou non à Matignon ?

Intervenants
  • Président de Viavoice, études et conseil en opinions
  • Sénateur UMP de la Haute Savoie
  • Vice-président d'Agir, membre de LREM, ancien Secrétaire d'État chargé du Commerce, de l'Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services, des Professions libérales et de la Consommation
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......