LE DIRECT

L'Etat de droit est-il encore garanti en Europe ?

39 min
À retrouver dans l'émission

C’est une mesure qui faisait débat depuis plusieurs semaines en Pologne. La réforme du Tribunal constitutionnel a finalement été adoptée par la majorité du parti conservateur "Droit et Justice" au pouvoir depuis octobre dernier. Une réforme qui pourrait compromettre l’indépendance de la justice et qui n’est pas sans rappeler la Hongrie de Viktor Orban.

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/12/5e7ab742-ad51-11e5-8e9e-005056a87c89/838_reuters2812.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="Le drapeau européen décroché à Varsovie, symbole d'un pays qui s'éloigne des valeurs de l'Union ?" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/12/5e7ab742-ad51-11e5-8e9e-005056a87c89/838_reuters2812.jpg" width="838" height="564"/>
Le drapeau européen décroché à Varsovie, symbole d'un pays qui s'éloigne des valeurs de l'Union ? Crédits : Radio France
La Commission européenne avait pourtant exprimé ses réserves. Cela n’aura pas arrêté le Président polonais Andrzej Duda, arrivé au pouvoir en octobre dernier d’entériner aujourd’hui la réforme du Tribunal Constitutionnel. Une instance qui faisait jusqu’alors figure de contre-pouvoir mais qui pourrait désormais être sous la coupe de l’exécutif. « Droit et Justice », c’est pourtant le nom de ce parti revenu au pouvoir en Pologne après une première expérience entre 2005 et 2007. Une droite nationaliste et conservatrice qui ne cache pas son admiration pour le Fidesz en Hongrie. « La démocratie à l’occidentale à fait son temps », déclarait Viktor Orban il y a un an.

Que ce soit en Pologne ou en Hongrie, peut-on encore parler de démocratie quand la justice n’est plus un contre-pouvoir ? Question majeure mais qui peine pourtant à s’imposer dans le débat public européen. Et pourtant les partis candidats à l’exercice anti-démocratique, voire autoritaire du pouvoir sont légion en Europe. Demain peut-être au Danemark, en République Tchèque, aux Pays-Bas ou encore en France.

Jacques Rupnik, Jean-Yves Camus et Nicolas Hervieu
Jacques Rupnik, Jean-Yves Camus et Nicolas Hervieu Crédits : JCF - Radio France
Intervenants
  • politologue, directeur de l'Observatoire des radicalités politiques à la Fondation Jean-Jaurès
  • historien et politologue, directeur de recherche au CERI Sciences-Po
  • Juriste en droit public et droit européen des droits de l’homme, doctorant au Centre de recherche et d'études sur les droits fondamentaux (CREDOF) à l’université de Paris Ouest Nanterre.
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......