LE DIRECT

La criminologie a-t-elle toute sa place à l'université?

39 min
À retrouver dans l'émission

La criminologie a-t-elle toute sa place à l'Université ?

Suivez-nous aussi sur :

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="twitter" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.jpg" width="300" height="111"/>
twitter

Fabien Jobard, Philippe Conte, Alain Bauer
Fabien Jobard, Philippe Conte, Alain Bauer Crédits : Géraldine Amblard Augustinus - Radio France

On connaissait la guerre des polices.Voici la guerre des criminologues.Un conflit qui agite ces jours-ci le petit monde des universitaires français.

Il y a une quinzaine de jours, la criminologie faisait son entrée au Conseil national des universités (CNU), devenant ainsi une discipline à part entière, ayant donc vocation à être désormais enseignée de manière totalement autonome. Le résultat, selon le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, d’une consultation publique ayant conduit à la conclusion suivante : « il existe une demande de formation ad hoc en ce domaine ».

A première vue, rien que de très normal.

Contrairement à ce qui se passe dans d’autres pays, la criminologie n’était considérée jusque là, en France, que comme une sous-catégorie, liée à d’autres disciplines. Sa reconnaissance officielle permettrait donc de rattraper le retard. Sauf que cette initiative est loin, très loin, de faire l’unanimité dans la communauté scientifique. Même l’association française de criminologie est contre.Et ce pour plusieurs raisons. Sur la forme d’abord : la consultation, revendiquée par le ministère, n’aurait pas vraiment eu lieu, en tout cas les résultats n’ont pas été communiqués. Ensuite sur le fond : nombreux sont ceux qui considèrent que l’autonomisation de la criminologie ne répond pas à une nécessité pédagogique, que cette discipline ne peut en aucun cas être dissociée du droit par exemple, ou de la psychologie. Enfin, et c’est ce qui rend la problématique intéressante pour l’ensemble de la population, la reconnaissance de la criminologie comme discipline à part entière masquerait des intentions plus strictement politiques : une façon de faire passer un discours et des pratiques sécuritaires, en les faisant valider par des « spécialistes » pas vraiment au-dessus de tout soupçon, puisque proches de l’actuel pouvoir.

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2011/10/21304270-f326-11e0-b8ee-842b2b72cd1d/838_logo-ina-officiel.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="ina.fr" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2011/10/21304270-f326-11e0-b8ee-842b2b72cd1d/838_logo-ina-officiel.jpg" width="318" height="148"/>
ina.fr Crédits : Radio France
Retrouvez dans chaque émission "l'Archive du jour" avec notre partenaire.

Intervenants
  • Sociologue, directeur de recherche au CNRS, travaille au CESDIP, Centre de recherche sociologique sur le droit et les institutions pénales
  • Titulaire de la chaire de criminologie au CNAM
  • professeur de droit à l’Université Panthéon-Assas, auteur de « Droit pénal spécial », ed. LexisNexis.
  • Professeur de droit pénal à l'Université de Reims, spécialiste de droit de l'exécution des peines et de criminologie
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......