LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La crise dans la culture: autour de Arendt, Steiner, Taylor

40 min
À retrouver dans l'émission

Il serait bien étonnant que les glissements de terrain qui accompagnent la grande crise économique en cours restent sans effets sur l'état de notre culture au sens le plus large. Je ne veux pas parler seulement du krach des valeurs esthétiques qui se profile ; les valeurs consacrées de l'art contemporain, les Jeff Koons et autres Takashi Murakami reflétaient si parfaitement les valeurs des golden boys de Wall Street et de la City qu'il est bien normal que leur cote plongent avec les bonus de leurs collectionneurs. Il en ira de même bientôt avec quelques autres de nos « valeurs consacrées » d'avant-crise... Je ne voudrais pas non plus qu'on en reste au niveau d'un simple marketing des produits des industries du divertissement : les gens sont inquiets, donc ils réclament des comiques, etc. Non, je souhaiterais - puisqu'on nous avons le privilège d'être sur une radio qui se donne le temps de la réflexion - qu'on aborde les questions des effets qu'a pu avoir le développement intrinsèque de notre culture sur le déroulement des évènements, d'une part et, de l'autre, les conséquences que cette crise aura sur les contenus de pensée de notre culture. Je vous propose de le faire en partant des réflexions de trois penseurs qui ont en commun d'avoir pris à bras le corps les causes de la crise morale, bien antérieure à la crise économique en cours. Hannah Arendt qui, dans « la crise de la culture » analyse la situation étrange et inédite où nous sommes, privés à la fois des horizons de signification partagée que constituaient la tradition et du « sens de l'histoire » par lequel les philosophies du progrès avaient pensé pouvoir la remplacer. George Steiner, qui pense cette crise, de la manière la plus radicale, à partir des ruptures introduites dans notre histoire européenne par les deux guerres mondiales, les totalitarismes et les génocides qui les ont accompagnés. Charles Taylor qui, dans « Le malaise de la modernité » s'est attaqué à « l'idéologie de l'épanouissement de soi », à la « morale de l'authenticité », diagnostiquée avant lui par Lionel Trilling et Christopher Lasch - mais qui le fait dans la perspective des sociétés multiculturelles qui sont les nôtres. Je reconnais que ce choix est limitatif et quelque peu arbitraire. Je le justifierais par le fait que ce sont des penseurs trop peu lus en France, alors qu'ils semblent avoir précisément quelque chose à nous dire sur le sens du moment que nous vivons.

Intervenants
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......