LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Forces libanaises sécurisant le village chrétien de Al-Qaa au bord de la frontière syrienne après des attentats-suicides, 27 juin 2016

La crise syrienne met-elle à l'épreuve le modèle libanais ?

41 min
À retrouver dans l'émission

EMISSION SPÉCIALE A BEYROUTH : Le gouvernement libanais s’est toujours réclamé d’une politique de dissociation afin de neutraliser les retombées négatives du conflit syrien au Liban, mais la proximité des deux pays condamne à la porosité.

Forces libanaises sécurisant le village chrétien de Al-Qaa au bord de la frontière syrienne après des attentats-suicides, 27 juin 2016
Forces libanaises sécurisant le village chrétien de Al-Qaa au bord de la frontière syrienne après des attentats-suicides, 27 juin 2016 Crédits : STRINGER - AFP

Beyrouth, capitale d’un pays aujourd’hui en paix mais avec une guerre terrible à ses portes. En partie enclavé par son voisin syrien, le Liban subit les déflagrations d’un conflit qui dure depuis plus de cinq ans. Un impact qui se mesure d’abord à travers cette statistique : au Liban, un habitant sur quatre est un réfugié syrien. De quoi fragiliser n’importe quel pays. A fortiori celui-ci où le souvenir de la guerre civile de 1975 à 1990 est encore à vif, où l’arrivée massive de syriens résonne forcément avec le trajet inverse, leur départ, il y a 10 ans, après la révolution du Cèdre qui avait suivi l’assassinat du premier ministre Rafic Hariri.

Fragile le Liban ? D’autant qu’il ne se contente pas d’accueillir sur son sol ceux qui fuient la Syrie. Si le pays a choisi la neutralité à l’égard de ce conflit, ce n’est pas le cas de toutes ses composantes. L’une des plus importantes, le Hezbollah, combat au côté des troupes de Bachar el-Assad. La guerre syrienne est donc aussi une guerre libanaise. Malgré tout, le Liban tient debout. On peut y voir la preuve de la solidité de ses institutions, de l’ingéniosité qui consiste à répartir les principaux pouvoirs entre les représentants des principales confessions. Sauf que ce modèle libanais est en panne depuis plus de deux ans, faute de consensus pour élire un Président de la République. Une panne à laquelle la guerre en Syrie n’est sans doute pas totalement étrangère.

« Alors la crise syrienne met-elle à l’épreuve le modèle libanais ? »

Liens

  • Vincent Geisser : "Le Liban face à la crise syrienne : victime, otage ou acteur ?" (Les carnets de l’Ifpo)
  • Interview d'Elizabeth Picard : "Liban-Syrie, une nécessaire reconstruction par le bas" (Orient XXI)
  • Analyse de Stéphane Malsagne : "Présidentielle libanaise : l’éternel retour" (L'Orient Le Jour)
  • Interview de Christine Babikian Assaf : "L’accord Sykes-Picot vu par des Arabes..." (L'Orient le Jour)
  • Les Editos d'Issa Goraieb (L'Orient Le Jour)
Intervenants
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......