LE DIRECT

La production de nouveaux médicaments doit-elle se faire à n'importe quel prix ?

39 min
À retrouver dans l'émission

Le vaccin contre Ebola n’a pas encore été trouvé mais manifestement, la recherche avance à grand pas depuis que le virus menace de ne plus se limiter au seul continent africain. Le groupe Mérieux a mis au point un test de diagnostic rapide. En Suisse, d’ici la fin de la semaine, ce sont les premiers tests d’un vaccin qui vont être réalisés.

Claude Le Pen, Jean-Paul Vernant et Eric Baseilhac
Claude Le Pen, Jean-Paul Vernant et Eric Baseilhac Crédits : Radio France

L’investissement est important. Quel sera le prix proposé ? À cette question posée par le journal Nice Matin , voici ce que répondait, fin septembre, le professeur Jean-François Saluzzo, spécialiste des maladies virales émergentes chez Sanofi Pasteur : « nous nous engageons à fournir tous ces produits à prix coûtant en les acheminant sur place… Le but n’est pas le profit »

Il n’y a pas de raison de douter, aujourd’hui, de la sincérité de ces propos. Mais on ne saurait en faire une généralité s’agissant de la politique tarifaire menée par les laboratoires pharmaceutiques. Le profit maximisé : c’est bien ce qui semble guider les américains de Gilead via la commercialisation de Sovaldi, un traitement contre l’hépatite C dont le haut niveau d’efficacité ne suffit pourtant pas à expliquer le prix élevé : autour de 50 000 euros pour une cure de trois mois. Sachant que la population ciblée est large : au moins 100 000 patients rien qu’en France.

Voici donc deux cas très différents mais qui semblent défier la logique économique. Mais en matière de médicaments, comment définir cette logique ?

« La production de nouveaux médicaments doit-elle se faire à n’importe quel prix ? »

C'est notre sujet du jour.

Le focus de Mélanie Chalandon :

Si la fixation du prix des médicaments dépend beaucoup du rapport de force entre les laboratoires et les pouvoirs publics, les associations de malades jouent, elles aussi, un rôle parfois déterminant. C'est que nous explique Sébastien Dalgalarrondo , chargé de recherche à l'IRIS (Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux) :

Écouter
52 sec
Interview Sébastien Dalgalarrondo

Suivez-nous aussi sur

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="twitter" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2010/11/fad2eab6-4545-102e-80a0-fcfcfc001444/838_1571.jpg" width="300" height="111"/>
twitter

Intervenants
  • professeur d’hématologie à La Pitié-Salpétrière.
  • Directeur des affaires économiques du Leem (Les entreprises du médicament)
  • Professeur de sciences économiques à l'université Paris Dauphine, directeur du master "Économie et gestion de la santé".
L'équipe
Production
Production déléguée
Avec la collaboration de
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......