LE DIRECT

L'Algérie malade de son passé ?

40 min
À retrouver dans l'émission

Entre 1954 et 1962, la guerre de décolonisation a fait entre 250 et 300 000 morts parmi la population algérienne. Côté français, les « évènements » ont fait 27 500 morts parmi les militaires, ainsi que 5 000 parmi les civils et il faut ajouter un nombre mal connus de harkis - on parle généralement de 30 000 à 100 000 tués. Entre 1991 et 2000, une nouvelle guerre d'Algérie a coûté la vie à environ 100 000 personnes. Comment un pays doté de tant d'atouts a-t-il pu basculer dans de tels engrenages de violence ? Y a-t-il entre ces deux guerres d'Algérie un rapport et si oui lequel ? Comme toute guerre, celle-ci avait deux côtés. Des deux mémoires qui la prennent aujourd'hui en charge, quelle est celle qui, ici, en France, l'emporte sur l'autre ? La seconde guerre d'Algérie a été largement interprétée par les deux camps en référence à la première. Tahar Djaout et les centaines de journalistes et d'intellectuels qui sont tombés victimes des attentats islamistes ont été pris pour cible parce qu'ils étaient considérés par le GIA comme des « Français ». De son côté, le pouvoir algérien dénonçait chez les islamistes des « fils de harkis ». C'est dont l'imaginaire de la Guerre de décolonisation qui a été mobilisé pour mettre en scène la Guerre civile. Y aurait-il une alors une « violence originelle du colonisateur » qui expliquerait, qui excuserait la violence ultérieure du colonisé ?

Intervenants
  • Historien, membre du conseil d'administration de l'Office français de l'immigration et de l'intégration, et ancien président du conseil d'orientation de la Cité nationale de l'histoire de l'immigration.
  • journaliste français, producteur de films documentaires et de fiction
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......